Le journal rigoureux, pluraliste et non partisan Le Monde prouve encore son amour de la démocratie

     Ce 6 juin, l’éditorial du journal Le Monde, c’est-à-dire du PS, est titré « Mélenchon, à qui perd gagne ». Le grand journal de référence, indépendant et déontologique écrit que, « à moins d’un effondrement du Front national, la présidentielle de 2017 se jouera au premier tour. Le candidat des partis républicains arrivé en tête aura toutes les chances d’affronter Marine Le Pen et d’être élu. »
À quoi bon des élections, après tout, puisque les sondages neutres aux questions objectives et non orientées ont déjà réglé le problème ? Le Monde conclut : Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 4. Le Monde | Marqué avec , , , | 2 commentaires

Manipulations médiatiques en série contre Mélenchon à « Des paroles et des actes »

Article d’Antoine Léaument, publié ce 28 mai, à lire sur son blog.

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 2 --- TÉLÉVISION ---, France2, Mélenchon = Le Pen | Marqué avec , , , , , , , | Commenter

Libération est le seul grand média français à détester le film de Ken Loach

     « I, Daniel Blake » a obtenu la palme d’or le 22 mai 2016. Il raconte les humiliations et les cruautés infligées par les agences de recherche d’emploi aux deux personnages principaux du film. Toute la presse qui en règle générale déteste la gauche et démolit chaque jour Mélenchon, a accordé de bonnes critiques à ce film engagé (Le Monde, Europe1, L’Express, Le Nouvel Observateur, Metro, Le Figaro, Les Échos).
Toute sauf Libération. Libération est le seul journal qui milite avec autant d’acharnement, d’aigreur et de déloyauté contre Mélenchon et le combat qu’il incarne.
Deux critiques du film de Ken Loach sont parues dans ce journal les 14 et 22 mai. La première est du journaliste Julien Gester : « Chômage et intérêts ». Sous-titre : « Caricature de lui-même, Ken Loach filme sans la regarder la «working class» de Newcastle, avec l’accent.
La seconde est signée du même journaliste et de trois autres confrères, Didier Péron, Clément Ghys et Elisabeth Franck-Dumas : « Ken (Loach) le survivant ». Sous-titre : « Le réalisateur britannique a reçu la deuxième palme d’or de sa carrière pour le brûlot conventionnel et manichéen «Moi, Daniel Blake» devant le pompier Xavier Dolan, récompensé du grand prix. »

Critiquer le monde merveilleux de Libération, c’est conventionnel. Quand Victor Hugo dit que « c’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches », c’est du manichéisme.

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, Non classé | Marqué avec , , , , , | Un commentaire

Pétainisme, plantuisme et journalisme

Christine Clerc et Plantu : une même haine médiatique contre Jean-Luc Mélenchon et Henri Krasucki

     Le 11 avril, la journaliste Christine Clerc qualifiait Jean-Luc Mélenchon de « gauchiste »¹ dans le Télégramme. Tout journaliste compétent et rigoureux sait pourtant que les gauchistes rejettent les élections et le  parlementarisme, ce qui n’est pas le cas de Mélenchon. Le 9 juin 2013, elle l’avait comparé dans le Midi Libre à Le Pen². L’assimilation de la gauche à l’extrême droite est ce premier point commun qui la lie au dessinateur du Monde et de L’Express Plantu qui, en 2011, avait dessiné Mélenchon portant un brassard rappelant celui des nazis et lisant à la même tribune le même discours  que Le Pen (« Tous pourris »), lui grimaçant et l’air haineux, elle radieuse et souriante, et Jean-Marie Le Pen en arrière-plan.


« Français de fraîche date » : Christine Clerc parle comme Gollnisch et Pétain

Pourtant, ceux-là mêmes qui, comme Plantu et Christine Clerc, renvoient dos à dos « les extrêmes » et pratiquent le « point Godwin », sont travaillés dans leur cœur comme l’étaient leurs ancêtres médiatiques : plutôt Hitler que le Front Populaire ; aujourd’hui, plutôt Le Pen que Mélenchon. Et en effet, leur second point commun est l’antisémitisme³. Continuer la lecture

Publié dans Le Télégramme, Non classé | Marqué avec , , , , , , , , | Un commentaire

Des médias déontologiques et rigoureux fact-checkeraient les « fact-checkers »

Une fois de plus, Antoine Léaument a fait le travail qu’aucun journaliste n’a fait :
« Morts de la rue : le « fact-checking » lamentable et raté de RTL »

Publié dans 3 --- RADIO ---, RTL | Marqué avec , , , , | Un commentaire

1963-2017, toujours les mêmes journalistes

Poujadisme et jeunisme au Parti Médiatique

mêmes marianne

     Ils sont toujours là ! Ils ne sont élus par personne mais gouvernent idéologiquement. Les mêmes journalistes qui rabâchent depuis des décennies que le libéralisme est un horizon indépassable car « le monde est ouvert », que la destruction des services publics est du « réalisme », qu’il faut toujours plus de croissance et produire, n’importe quoi et n’importe comment… ils continuent, les Chabot, les Aphatie, les Joffrin etc. Certains, comme Alain Duhamel, sont là depuis 1963 ( presque tous sont passés par Le Monde, puis naturellement ensuite par Libération). Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 2 --- TÉLÉVISION ---, 3. Raphaëlle B. Desmoulières, 4. Le Monde, France TV Info | Marqué avec , , , , , , | Un commentaire

Le Monde a découvert le trumpisme médiatique, mais toujours pas le lepénisme médiatique

     Le 30 mars 2016, le journal Le Monde a publié un article traitant de « l’examen de conscience des médias américains face à Donald Trump ». Il évoque la contribution des médias au succès du Le Pen américain, mais conduit-il Le Monde à s’interroger sur son propre trumpisme ? Sur le lepénisme médiatique en France ? Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 4. Le Monde | Marqué avec , , , , , , | Commenter

Selon Libération, Mélenchon se « victimise »

     Dans deux titres du 5 mai 2014, Libération fustigeait « la stratégie usée de la victimisation médiatique »¹ de Mélenchon et le renfilage de « son vieil habit de victime médiatique »². Hier, 28 mars 2016, Libération accusait encore Mélenchon de victimisation, dans deux articles. Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, Lilian Alemagna | Marqué avec , , , , | Commenter

Europe1 transforme une rumeur en fait et l’amplifie

Que font les « décrypteurs », « décodeurs », « détecteurs », « désintoxiqueurs » et autres « vérificateurs » ?

     Ce 18 mars au matin, Le Figaro a titré un article « Mélenchon « social traître » ? ». Il reprend au conditionnel les « informations » d’un article de France TV Info paru la veille (cinq lignes concernant Mélenchon dans ce très long article¹) à propos de sa participation à la manifestation contre le projet de loi El Khomri :

« Jean Luc Mélanchon sorti du cortège par ses soutiens après s’être fait insulté et avoir un oeuf. »

Pas de tiret à Jean-Luc, Mélenchon avec un a, du participe passé au lieu de l’infinitif, oubli d’un mot. Le monde journalistique écrit comme il pense : dans l’urgence – c’est-à-dire qu’il ne pense pas. Mais passons. Voici les trois lignes suivantes :

« Un petit tour et puis s’en va. Le député européen du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon a été chahuté au début de la manifestation parisienne, selon des journalistes sur place. »

Jusqu’ici, Le Figaro reprend donc au conditionnel des propos que France TV Info a repris de journalistes anonymes. C’est ensuite au tour d’Europe1 : l’après-midi, le média déontologique, rigoureux et soucieux de l’exactitude des sources transforme le mode conditionnel en mode indicatif, de surcroît en généralisant : « Mélenchon rejeté par les jeunes ». France Inter fait de même dans sa revue de presse du jour (« Et s’il pleuvait de l’argent ? » – à partir de 5’45). Le 19 mars, le journal Le Courrier de l’Ouest transforme aussi le conditionnel en affirmation (« Social-traître », Patrice Guillier).

Où sont donc les Minus & Cortex du « Lab » d’Europe1, si prompts à « détecter les bobards », comme dit la journaliste Delphine Legouté ? Ah mais bien sûr, seuls les bobards politiques sont captés par son « radar », pas les bobards journalistiques, qui bien entendu sont apolitiques. Où sont les désintoxiqueurs-décrypteurs de Libération ? Où sont les décodeurs du Monde ? Où sont les rebelles-décalés-insolents-impertinents du Petit Journal qui ne servent-la-soupe-à-personne ?

***

  1.  « Mobilisation contre la loi Travail : environ 69 000 manifestants dans toute la France selon la préfecture, 150 000 selon l’Unef »
Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 3. Europe1 | Marqué avec , , , , , | Commenter

« Je ne suis pas du genre à jouer du point Godwin à la légère, mais… »

jeunesses

Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, Mélenchon = Hitler | Marqué avec , , , | 4 commentaires

Le journal Le Midi Libre copie la fasciste Marine Le Pen

     Le 29 février, le journal Le Midi Libre titrait : « Garde nationale et garde biterroise : quand Mélenchon copie Ménard… ». À la place de Mélenchon, le journaliste aurait pu mettre des dizaines d’autres noms, puisque à droite comme à gauche beaucoup de responsables sont favorables à création d’une garde nationale. Or le journaliste a choisi Mélenchon. C’est une routine dans le monde hostile à la pensée qu’est le Parti médiatique, de dire que, quoi que fasse Mélenchon, il le fait « comme l’extrême droite ». Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, Mélenchon = Le Pen, Midi Libre | Marqué avec , , , , , | Commenter

Faille spatio-temporelle au journal Libération

Un journaliste n’assimile pas Mélenchon à Le Pen, ne l’attaque pas déloyalement, n’insulte pas ses sympathisants, traite du fond et non de la forme, ne donne pas de leçon de politesse, ne fait pas de nombrilisme corporatiste. L’illustration de l’article n’est pas injurieuse, pas destinée à diaboliser ou à ridiculiser. Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération | Marqué avec , , , , , , , , , | Un commentaire

Pour les Minus & Cortex du laboratoire d’Europe1, les chatons mignons de Marine Le Pen sont politiques, pas la violence patronale

     La sortie de « Merci Patron », film du journaliste François Ruffin, est une information pour l’ensemble de la presse. Invité chez Europe1 le 24 février, plutôt que de parler de son film, François Ruffin a proposé à Jean-Michel Aphatie de parler du patron d’Europe1, le milliardaire Arnaud Lagardère. Il a expliqué que si un salarié quelconque s’abstenait d’assister à un conseil d’administration d’EADS, il serait viré, contrairement au patron qui, lui, peut se le permettre. C’est aussi une information pour de nombreux médias. Mais est-ce une information pour Europe1 Le Lab ? Non, de même que c’est une information pour tous les médias que le journal quotidien français le moins vendu est Libération, sauf pour Libération.
« Europe1 Le Lab ne traite que de politique », se défend sur Twitter le journaliste Sébastien Tronche. Quant à son confrère Sylvain Chazot, il affirme que Europe1 Le Lab ne traite que de « l’information politique » : Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 3. Europe1, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Sébastien Tronche, Sylvain Chazot | Marqué avec , , , , , , , , , , | Un commentaire

Le journaliste Rachid Laïreche (Libération) divorce de la pensée

A-t-il seulement déjà été marié avec ?

     Le 30 décembre 2012, la rédaction toute entière de Libération avait choisi ses « couples de l’année ». « Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon » formaient le premier de la liste. Pour les journalistes de Libération, tout est affaire de personnes, et tous les jours ils font des métaphores de la relation conjugale. Ce 23 février 2016, Rachid Laïreche nous apprend donc que « Mélenchon divorce de Pierre Laurent et prouve son amour pour Vladimir Poutine ».

http://i0.wp.com/lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/media/00/01/712501869.jpg?resize=335%2C353

Rachid Laïreche et Libération appliquent tous les jours le principe qui régit le journalisme depuis une quinzaine d’année : l’information doit être drôle, et si possible obscène. Les journalistes la veulent « décalée », « insolente » et « impertinente ». De cette culture de la coolitude et du jeunisme, ils ont fait un manifeste : « Vive la nouvelle info ! » (voir ci-contre). Ces courageux rebelles refusent de « servir la soupe » à ce qu’ils appellent « les politiques ». Eux s’autorisent une telle généralité mais la généralité « les journalistes » les fait atrocement souffrir. Quand Mélenchon critique certaines de leurs pratiques, c’est une attaque inacceptable contre la liberté de la presse ; quand eux flétrissent en bloc « les politiques », c’est acceptable et c’est exquis. Pour ne pas servir la soupe, on dégueule sur tout le monde, surtout sur Mélenchon, beaucoup moins sur les amis du PS – en toute neutralité, impartialité et déontologie bien entendu. Le 11 février 2016, Rachid Laïreche avait déjà dégueulé son PMU anti-parlementariste (voir « Bernie Sanders, nouvelle idole de Mélenchon »).

Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Rachid Laïreche | Marqué avec , , , , , , , | 2 commentaires

Le passage de Mélenchon chez Ruquier vu par la presse pluraliste et rigoureuse

     L’émission de France2 « On n’est pas couché » est souvent l’occasion pour Jean-Luc Mélenchon de pouvoir exposer ses arguments et propositions politiques. Il y dispose de plus de temps pour répondre aux questions et s’y fait beaucoup moins couper la parole que dans les médias dit « sérieux », « rigoureux » et « déontologiques » – ce qui est un comble. Or, après chaque passage dans « On n’est pas couchés », les médias n’examinent jamais le fond de ses propos, mais seulement la forme, ulcérés par une émission qui s’avère aussi positive pour lui. De plus, obnubilé par tout ce qui pourrait nourrir le personnage du Mélenchon qu’il a fabriqué depuis des années, le Parti médiatique ne retient le plus souvent qu’un seul sujet, source de « clash » et de « buzz » – conformément à la devise du « Petit Journal », émission d’infotainment.
Dans le cas de l’émission d’hier, il n’a retenu, d’une heure, qu’un seul point susceptible d’être déformé, simplifié, caricaturé : Mélenchon « félicite » Poutine. Encore une petite louche de vilain Mélenchon pro-régimes autoritaires ? Seul RTL, qui fait quand même son gros titre sur ce sujet, évoque la constitution de la VIe République, l’économie de la mer et les traités européens.

Continuer la lecture

Publié dans 4 --- PRESSE ÉCRITE --- | Marqué avec , , , | 31 commentaires

Le journaliste Sébastien Tronche parle comme le vice-président du FN

Comme la famille Le Pen, le journaliste veut faire parler de lui

     Dans son article du 16 février 2016 paru sur Europe1 « Le Lab » (« Jean-Luc Mélenchon et sa quête des 500 signatures de maires pour 2017 »), Sébastien Tronche accuse Mélenchon de « faire parler de lui » et d’avoir « un discours qui rappelle autant la famille Le Pen, Jean-Marie en son temps comme Marine hier, que des candidats comme Nicolas Dupont-Aignan ou Jacques Cheminade. »

Et qui rappelle le discours de Sébastien Tronche ?

     1. Le 11 mai 2012, Steeve Briois disait de Jean-Luc Mélenchon : « son seul programme, c’est essayer de faire parler de lui » ¹.

     2. Le FN de la fédération de la Loire titrait sur son site Internet le 20 mai 2014 : « Le (mauvais) acteur Mélenchon explique comment il a copié Julien Dray pour faire parler de lui ! » :

fnloire

     3. Le 11 avril 2013, Le Monde publiait en page 10 un article de Raphaëlle Besse Desmoulières titré « La stratégie médiatique « antimédias » de Jean-Luc Mélenchon » (et en page 11, un tract d’une page entière contre les homosexuels, rédigé par le mouvement d’extrême droite « La Manif Pour Tous »). Dans un paragraphe intitulé « Escalade verbale » – expression que des dizaines de journalistes pluralistes avaient répétée et répétée les semaines précédentes –, la journaliste non populiste et non démagogue écrivait :

« Mais comme tout homme politique, Mélenchon a besoin des médias. Ayant échoué à se faire élire à l’Assemblée nationale, il ne dispose pas de la tribune dont il aurait rêvé. Un handicap, surtout dans une année sans élection. Pas question d’attendre 2014 pour faire parler de lui. »

     4. Le 7 février 2013, le journaliste Philippe Ridet, du journal Le Monde, décrivait Antonio Ingroia – candidat de gauche aux élections législatives italiennes – comme un homme qui « veut faire parler de lui »². Quatre mots en tout dans son article suffisaient à décrire Ingroia, et le lecteur n’aura même pas su quel mouvement il représentait.

     5. Le 6 mars 2013, le journaliste du Nouvel Observateur Maël Thierrey écrivait, dans son article  » « El Comandante » Mélenchon » :

« En affichant son ardeur pro-Chávez, Mélenchon a profité de l’actualité internationale pour faire parler de lui et s’associer, surtout, à une victoire électorale fêtée quasiment comme un succès du Parti de Gauche. »

Le 6 juillet 2015, Sébastien Tronche avait jubilé d’assimiler la gauche à l’extrême droite en écrivant ceci : Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 3. Europe1, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Mélenchon = Le Pen, Sébastien Tronche | Marqué avec , , , , , , | 2 commentaires

Tous les jours, Libération parle comme Poujade

     Libération, habitué à dénoncer la « démagogie » et le « populisme » mélenchoniens, pratique pourtant quotidiennement le « tous pourris tous menteurs tous guignols ». Dans son article « Bernie Sanders, nouvelle idole de Mélenchon » (11 février), le journaliste Rachid Laïrèche conclut par du PMU anti-parlementariste :

« Reste à savoir si Mélenchon, élu depuis des décennies à tous les étages de la République, pourra incarner un nouveau souffle de la politique en France. »

Quelle étrange ressemblance avec ces mots du journaliste de L’Express Christophe Barbier, qui définissait Mélenchon ainsi le 14 mars 2012 dans « Pour en finir avec Mélenchon »…

« candidat du système, nourri aux fromages de tous les mandats et au gâteau du carriérisme politicard »

Dans « Votez pour le moins pourri… », article paru dans Libération le 22 mars 2014, le militant politique Stéphane Guillon (que Jean-Luc Mélenchon avait défendu quand il se faisait virer de France Inter) crachait aussi son venin poujadiste. Après avoir traité Mélenchon d’antisémite, il l’ accusait (une fois de plus) d’avoir truqué des manifestations et d’apporter un « soutien inconditionnel à Poutine ». (Voir Poujadisme et poutinisme ordinaires au journal Libération. Voir aussi : Journalistes : du poujadisme de séduction massive).

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, Rachid Laïreche | Marqué avec , , , , , | Commenter

Le traitement très pluraliste de Mélenchon par Libération, Europe1 et Le Monde

     Le 10 janvier, Libération lançait un appel à des élections primaires « à gauche ». Les grands journalistes de Libération ne définissent bien entendu jamais « à gauche ». Pour eux, qui décrétaient en 2014 « Nous sommes de gauche » et « L’équipe de Libé est pour l’heure l’honneur de la profession » ¹, il va de soi que Hollande, Valls et Macron sont « la gauche ». Depuis cet appel, ils n’ont cessé de reprocher à Mélenchon son refus de participer à cette « primaire de la gauche », faisant semblant de ne pas comprendre que s’il y participait, et perdait, il serait engagé à soutenir un candidat de droite. Le Parti Médiatique, à l’image de Libération, n’est pas intéressé par la cohérence et les arguments, son seul but étant de perpétuer ce personnage du Mélenchon, tantôt « seul », « sectaire » et « égotiste« , tantôt qui « aboie » et « éructe ».
1. Ainsi, au lendemain de son appel, Libération écrivait dans « Jean-Luc Mélenchon, refus primaire » (article de Rachid Laïreche) :

« […] le taulier du Parti de gauche, qui n’a jamais été fan de cet exercice,  botte en touche et reste seul dans son couloir en vue de la présidentielle. Du genre : cours toujours tu m’intéresses. Jean-Luc Mélenchon ne compte que sur sa personne pour postuler une nouvelle fois à l’Elysée. »

2. Le même journaliste écrivait encore le 29 mars 2016, dans « Accords et désaccords sur la primaire à gauche » :

« Seul, Jean-Luc Mélenchon regarde ailleurs. »

3. Le même jour, Libération titrait en couverture : « MÉLENCHON – LE SOLO DANS L’INCONNU » :

http://i0.wp.com/cdn.shopify.com/s/files/1/0057/0672/products/29mars20160329_LIBE_29-03-2016_p-1_evenement_paris-1-page-001_grande.jpg?w=640

4. Rachid Laïrèche écrivait encore le 11 février dans « Jean-Luc Mélenchon, une présidentielle sans parti ni primaire » :

« Il part seul, dans son couloir. »

5. Le 25 janvier, Sylvain Chazot, journaliste chez Europe1 « Le Lab » – bien connu pour ses articles loyaux ² et déontologiques ³ sur Mélenchon – écrivait dans « Jean-Luc Mélenchon se dit « fin prêt » pour l’élection présidentielle 2017 » :

« Il est « fin prêt » à y aller. Et surtout il est « fin prêt » à y aller seul. […] Du coup, Jean-Luc Mélenchon préfère rester tout seul. »

Et le couloir, monsieur Chazot ? Ah, voici le couloir, qui illustre l’article – modèle de journalisme rigoureux et pluraliste – c’est l’image animée d’un faux départ :

Jean-Luc Mélenchon se dit "fin prêt" pour l'élection présidentielle 2017

6. Dans son article du 11 février, « Comment Mélenchon candidat est devenu l’idiot utile de François Hollande », Challenges écrit que Mélenchon est « seul sur son petit cheval ».

7-8. Comme Libération veut que l’on comprenne bien que Mélenchon est « seul », le journaliste Lilian Alemagna illustrait son article « Mélenchon et les « insectes bureaucratiques » de Bruxelles », paru la veille, par cette photographie (et Le Monde aussi, le même jour) : Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, 3. Europe1, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, 4. Le Monde, La Dépêche du Midi, Lilian Alemagna, Sylvain Chazot | Marqué avec , , , , , , , , , , | Commenter

Le Monde repeint le Le Pen américain en « candidat anti-système »

     antis

« Anti-système » : toujours le même fourre-tout ne signifiant strictement rien, mais témoignant du projet politique précis de celui qui l’emploie : banaliser l’extrême droite. Alors que le grand magazine américain The New Yorker considère Donald Trump comme « le Marine Le Pen américain »¹, ce 31 janvier 2016, Le Monde titre en une : « Iowa : premier test électoral pour les candidats antisystème ». Une fois de plus, Le Monde assimile la gauche à l’extrême droite et vice versa, puisqu’il est question dans les articles des pages 2  et 13 de Trump et Sanders, équivalents de Le Pen et Mélenchon aux États-Unis. Peu importe au journal Le Monde que Trump soit opposé à une augmentation du salaire minimum, à la gratuité de l’enseignement supérieur, à un régime de sécurité sociale universel, et favorable au port d’armes.
En 2013, Libération était bien allé jusqu’à qualifier Dieudonné d’ « humoriste » et Soral de « publiciste inclassable »², alors pourquoi ne pas faire de Trump un « anti-système » ?

***

  1. « Donald Trump Is Now America’s Marine Le Pen », John Cassidy,  7 décembre 2015
  2. « La liste de Patrick Cohen », Daniel Schneidermann, 17 mars 2013
Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, 4. Le Monde | Marqué avec , , , , , , | Commenter

La routine chez Libération : Mélenchon dans la même colonne que les rubriques « viols » et « violences »

libéviolence2

Libération, lundi 25 janvier, page 9

Déjà le 29 novembre 2013, dans une critique de la rubrique cinéma de Libération (« Beurre un autre jour »), J.-L. Mélenchon avait été associé au vocabulaire de l’ultra-violence. Lui et pas un autre. Ce n’était pas anodin (voir « Libération associe innocemment Mélenchon à l’ultra-violence », OPIAM).

Toujours dans Libération, à la une du 1er septembre 2015, c’est le tribun de la gauche anglaise Jeremy Corbyn qui était innocemment associé à Freddy Krueger, violeur et tueur d’enfants dans le film Freddy : les griffes de la nuit. « La gauche sort ses griffes et Freddy range les siennes », titrait Libération ; c’est-à-dire qu’un violeur et tueur d’enfants arrête son activité en même temps que la gauche commence la sienne : deux activités qui ont un rapport entre elles selon Libération. Le même jour, la rubrique « opinion » du Times caricaturait Jeremy Corbyn en Freddy Krueger.

Régulièrement, c’est par de forts malencontreux hasards de ce genre que J.-L. Mélenchon est associé tantôt à un meurtrier, tantôt à un cannibale, tantôt à un homme agressant une femme, etc. Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, 4 --- PRESSE ÉCRITE --- | Marqué avec , , , | Un commentaire

Mélenchon n’est pas le problème

Pour le Parti Médiatique, le problème est ce qu’il incarne

Texte de Luc, militant politique et syndicaliste

Mélenchon n’est pas le problème.

Avant toute chose, je tiens à préciser que mon but n’est pas ici de faire la publicité de Jean-Luc Mélenchon, ni l’inverse d’ailleurs, mais de prendre un (petit) peu de recul.

Avec la folie qui suit tout éclat furtif de lumière dans une situation désespérément sombre, la situation actuelle suite à l’appel à la primaire « de toute la gauche », auquel certains cadres du PCF semblent vouloir se rallier, nous offre encore une fois à une séance de Mélenchon-bashing, tant de la part des divers médias [voir ces trois articles de Libération parus les 12 et 13 janvier, par exemple : « Jean-Luc Mélenchon, refus primaire » ; « Mélenchon n’a « pas l’intention d’attendre la cathédrale gothique » de la primaire » ; « Primaire à gauche : une idée qui fait son chemin« ] que de la part de militants ou cadres de diverses formations de gauche.

Le problème est le suivant : il faudrait se débarrasser de Mélenchon, car il serait diviseur, repoussoir, un « boulet » même, selon trois journalistes, pour la réussite d’une candidature « de gauche ».

boule

Outre qu’on nous avait déjà sorti cela en 2012, et que ça n’avait pas empêché un candidat que beaucoup voyaient comme « de gauche » de gagner, j’aimerais souligner un autre élément : c’est un faux problème.

Ce n’est pas lui le problème, c’est ce qu’il incarne. Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, 4 --- PRESSE ÉCRITE --- | Marqué avec , , , , | Un commentaire

Illustration neutre, objective et non partisane chez Europe1, Le Parisien etc.

     Un article paru le 18 décembre 2015 dans Le Parisien, appelant au vote « utile » (titre : « 82% des sympathisants de gauche pour un candidat unique à la présidentielle »¹) est illustré par cette photographie en arrondi extérieur, probablement prise avec un téléphone portable :

votutil1

La grimace ne suffisant pas, ce recadrage sur la partie  supérieure de la photographie déforme le visage de Jean-Luc Mélenchon. L’illustration a été choisie pour la première fois le 23 août 2012 par France TV info, puis par Europe1 le 25 janvier 2015, puis par Public Sénat, La Chaîne Parlementaire, L’Express et encore Le Parisien le 3 novembre 2015 : Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 3. Europe1, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, 7. L'Express, 8. Le Parisien, France TV Info, LCP, Public Sénat | Marqué avec , , , , | Un commentaire

Appel à témoignages : vous êtes journaliste, vous reconnaissez que le premier pourvoyeur de voix de Le Pen est le système médiatique

     Ci-dessous à gauche, un article du Midi Libre paru le 9 décembre 2015 ; à droite, le réseau social du Front National, « Les Patriotes », organisant un concours des plus belles photographies de ses meetings, huit jours plus tôt : Continuer la lecture

Publié dans 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Midi Libre | Marqué avec , , , | 8 commentaires

Masseret refuse de se retirer, Libération et Europe1 le lui font payer comme ils font payer Mélenchon

 Quiconque sort du rang est visuellement massacré par le Parti Médiatique

    Jean-Pierre Masseret, membre du PS, président du conseil régional de Lorraine, a décidé de se maintenir au second tour des élections régionales de décembre 2015, face à la droite et à l’extrême droite, malgré l’interdiction du PS. Il subit donc le traitement médiatique infligé habituellement à Jean-Luc Mélenchon. Masseret est toujours au PS, mais c’est au nom de ce qu’il reste de ses principes de gauche qu’il désobéit aux dirigeants de son parti, et c’est pour cette désobéissance qu’il se fait lyncher médiatiquement. Ce n’est pas Masseret qui importe, mais ce que signifie son lynchage : quiconque sort du rang est traité ainsi par le Parti médiatique.

mégalofolle

Récemment, c’est Filoche (de l’aile gauche du PS) qui a subi ce traitement, après avoir commis le sacrilège de demander la démission de Macron. Voici quelques exemples d’illustrations d’articles parus les 7 et 8 décembre, consacrés à Masseret, à comparer avec des illustrations d’articles infligées à Mélenchon et Filoche :

photospourries

direur2
cqfr
interhttp://i2.wp.com/opiam2012.files.wordpress.com/2014/03/neutre.jpg?w=640&ssl=1
Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, 2 --- TÉLÉVISION ---, 3. Europe1, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, 6. se faire nouvelobserver, France3, Le Figaro, Lilian Alemagna | Marqué avec , , , , , | 2 commentaires

Lepénisme astucieux chez Libération

fnparle
Pour diffuser son lepénisme, Libération recourt souvent à l’astuce consistant à publier un entretien avec tel ou tel historien, sociologue, économiste ou écrivain se chargeant de faire la sale besogne. Libération peut ensuite dire : nous ne faisons que rapporter les propos de l’interrogé. Au soir des élections régionales du 6 décembre 2015, Libération a publié un entretien titré « Nicolas Lebourg : « Les thèmes du FN parlent aux gens » ».
Sous-titre : « Selon l’historien spécialiste de l’extrême droite, « voter pour le Front national représente pour ses électeurs un espoir » ».

     Quatre jours plus tôt, Le Point titrait : « « Marine Le Pen, c’est notre star » ». Sous-titre : « Comment la candidate aux élections régionales en Picardie Nord-Pas-de-Calais est devenue l’icône des victimes de la crise, du chômage et de l’insécurité ». Le sous-titre n’était même pas une citation, il était de la journaliste.

     Le 10 mai 2015, le Midi Libre écrivait que « le FN est devenu plus que tout autre le parti de quiconque se sent fragile ou menacé » (voir « Le match des droites aura bien lieu », article de Michel Richard).

     Le 4 juin 2014, Le Monde  écrivait que « La rébellion ne se niche plus dans le vote rouge mais bleu marine » et mettait cette citation en évidence, au milieu de l’article : « Le FN sait parler aux ouvriers, à ceux qui n’ont pas beaucoup de sous ».

http://i2.wp.com/opiam2012.files.wordpress.com/2014/07/lemondefacho.jpg?w=640&ssl=1

Extraits de l’article du 6 décembre : Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération | Marqué avec , , , , | 4 commentaires

Selon une journaliste, Le Pen est « l’icône des victimes de la crise, du chômage et de l’insécurité »

      Ces mots sont le sous-titre d’un article paru dans Le Point ce 2 décembre. Le titre est une citation d’une électrice de Le Pen : « « Marine Le Pen, c’est notre star » ». Voici la photographie qui illustre l’article : Continuer la lecture

Publié dans 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Le Point | Marqué avec , , , , | Commenter

Europe1, L’Obs et Le Point prouvent leur impartialité en donnant le dernier mot au FN

     Le 29 avril 2013, BFN TV avait diffusé un reportage de la journaliste Pauline de saint Remy, titré « L’impopularité de Hollande engendre la montée des extrêmes ». Elle avait choisi de conclure son reportage en donnant le dernier mot à Le Pen. D’abord, Pauline de Saint-Remy rappelait que, entre Mélenchon et Le Pen, « c’est la présidente du Front national qui engrange le plus de points, et elle croit bien savoir pourquoi ». Puis elle avait choisit de laisser conclure Le Pen, qui répondait :

« Mais parce que Mélenchon n’a aucune solution. C’est un agité, mais ce n’est pas un efficace. »

     Hier, le 27 novembre 2015, le journaliste de Europe1 « Le Lab » Cyril Morin a publié un article titré « Hommage national : Jean-Luc Mélenchon s’en prend à l’Élysée après avoir été placé à côté de Marine Le Pen ». Il explique que « c’est un décret de 1989, retrouvé par le Scan, qui détermine les places (« rangs et préséances ») des responsables politiques lors des cérémonies organisées sur ordre du gouvernement. Ce texte prévoit bien de placer les représentants au Parlement européen côte à côte. » Ensuite, le journaliste choisit de conclure son article ainsi : Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 3. Europe1, 4 --- PRESSE ÉCRITE --- | Marqué avec , , , , , | 3 commentaires

Mélenchon assimilé à Hitler régulièrement dans la presse nuancée, objective, impartiale et déontologique

     Jean-Luc Mélenchon vient d’exprimer sa réprobation au projet de réédition de Mein Kampf dans une lettre ouverte à l’éditeur Fayard. Il explique que l’édition, même critique, participe de la diffusion, en particulier dans une ambiance où l’extrême droite est déjà banalisée par un parti médiatique qui va répétant dans la presse écrite et télévisuelle que Le Pen est « de gauche », voire « gauchiste », ayant « des idées sociales », étant « le seul recours à gauche », « hard left », « plus à gauche que François Hollande » et pourquoi pas « plus rouge que Mélenchon »…

http://i0.wp.com/opiam2012.files.wordpress.com/2014/07/pointbfn.jpg?w=640&ssl=1

À l’inverse, ce même parti médiatique assimile régulièrement Mélenchon à Hitler – de manière plus ou moins subtile : Continuer la lecture

Publié dans 4 --- PRESSE ÉCRITE --- | Marqué avec , , , , | 5 commentaires

Dire « on » au lieu de « je », une astuce de journaliste objectif, impertinent, cool et branché

« On a du mal à suivre »    

     Le on est très employé chez les jeunes journalistes, en particulier chez ceux du « Lab » d’Europe1 et de Libération. Évidemment, ils condamnent le populisme et la démagogie mais se laissent aller à cette familiarité. L’aigreur et la vulgarité systématiques de leur style sont un choix éditorial qu’ils assument plus ou moins, mais ils appellent ça « humour » et « ne servir la soupe à personne ». C’est exactement ce que fait le Petit Journal.

Dans son article du 21 octobre 2015 (« Demande de relaxe pour Marine Le Pen : Mélenchon y voit la main de Taubira et Hollande »), la journaliste Delphine Legouté écrit :

« FAUDRAIT SAVOIR – D’un côté le Front national, qui a pris l’habitude de voir la main de Christiane Taubira à chaque fois que le parti ou un membre du parti est inquiété par la justice. De l’autre Jean-Luc Mélenchon qui, après la demande de relaxe de Marine Le Pen par le Parquet dans l’affaire dite « des prières de rue », voit également la main de Christiane Taubira… dans cette décision favorable à la leader frontiste. On a du mal à suivre. »

Qui est « on » ? Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 3. Europe1, 4 --- PRESSE ÉCRITE --- | Marqué avec , , , , , , , , | Commenter

Le Parti Médiatique prend la défense d’un patron qui veut faire travailler les enfants et mettre les grévistes en prison

     À la Une du journal Le Monde ce 7 octobre, le dessin de Jean Plantureux (défenseur de l’antisémite Dieudonné) fait d’un directeur des « ressources humaines » de Air France une victime suppliciée et pendue par des grévistes. Pas un dessin, bien sûr, consacré aux suicides dus à la violence exercée par les patrons contre leurs « ressources humaines ».
Le Monde a choisi son camp, toujours le même, celui des civilisés de la barbarie : Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, 4. Le Monde | Marqué avec , , , , | Commenter

Des journalistes agressent Jeremy Corbyn

Traduction d’un article de Jim Edwards, paru dans le Business Insider le 17 sept. 2015

***

Corbyn a raison de haïr les médias – comme le prouve cette vidéo le montrant agressé par des journalistes

     Il y a deux jours, nous remarquions que le nouveau leader du parti travailliste Jeremy Corbyn éprouve un dégoût particulier de longue date pour les médias.

Quand il fut élu nouveau leader de l’opposition, il ne donna pas immédiatement d’interview à la BBC ou au Guardian (sources majeures d’actualités les plus lues par ses partisans). Au lieu de cela, il parla au Huffington Post UK, et fit l’éloge de Facebook et Twitter pour l’avoir aidé à s’adresser aux électeurs directement.

Sa stratégie semblait être : je vais ignorer les grands médias, dont les journalistes et paparazzi m’ont été hostiles et m’ont manqué de respect, et je vais parler directement au peuple.

Deux vidéos apparues hier montrent pourquoi Corbyn devrait continuer à ignorer les médias. La première semble montrer un chauffeur de Corbyn, l’aidant à monter dans sa voiture le matin et mettant un journaliste à terre. Le journaliste prétend être blessé, et une photo de lui à l’hôpital a été tweetée plus tard par Michael Crick de la Channel 4.

La haine que Corbyn voue aux médias conduit-elle à la violence ?

Eh bien non.

Une seconde vidéo, publiée par The Telegraph, montre l’altercation d’un autre angle et il se trouve que Corbyn est en fait celui qui est agressé par les journalistes et photographes.

Voici un extrait de l’agression :

Dans cette vidéo, Corbyn est d’abord empêché d’entrer dans sa voiture par une meute de journalistes. Un homme repousse l’un d’eux pour fermer la porte de la voiture. Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 4 --- PRESSE ÉCRITE --- | Un commentaire

Comme le FN, deux journalistes emploient l’expression neutre « appel d’air » pour parler des réfugiés de guerre…

… mais les populistes, bien sûr, sont Mélenchon, Corbyn et Varoufakis

    Le 31 janvier déjà, le journal Le Monde avait utilisé un élément de langage de l’extrême droite en faisant un jeu de mots rigolo, « Mélenchon, le pari de l’étranger », référence au « parti de l’étranger », élément de langage traditionnel de l’extrême droite. Depuis l’Affaire Dreyfus, l’extrême droite désigne sous l’expression « parti de l’étranger » les juifs, les francs-maçons et les socialistes.

appel

Le titre d’Euronews ci-dessus à droite, repris ci-dessous par le site Internet d’extrême droite « Français de souche » :

fds

 Ce 16 septembre, Arnaud Leparmentier, journaliste non populiste du Monde, écrit dans « La fin de l’Europe allemande » :

« Et voici que les trois piliers de l’Europe s’effondrent : […] la social-démocratie, qui s’écroule sous les coups de boutoir de populistes de gauche – Corbyn, Varoufakis et autres Mélenchon ».
[…] Las, ses propos [de Merkel] ont créé un appel d’air tel que, face à l’afflux de migrants, elle a dû rétablir les frontières. Provisoirement, pour éviter une implosion de l’Allemagne. »

Leparmentier a donc une nouvelle fois sa place chez les journalistes qui parlent comme Gollnisch et Le Pen, puisque le journaliste dégueule régulièrement sur les Grecs avec ces deux fascistes :

https://pbs.twimg.com/media/B6W-ggqCAAA92_A.png:large

     Comme l’extrême droite, le journal Le Monde compare l’humanité à du « capital », c’est-à-dire de la matière première, en sponsorisant chaque année le « Trophée du Capital Humain ». Les concepts de « capital humain » et de « ressources humaines » sont directement inspirés du godwinisme et de la barbarie tayloriste et fordiste qu’est l’organisation scientifique du travail. La meilleure preuve du lien entre le godwinisme et l’idéologie du « management » – développement a priori modéré du taylorisme et du fordisme – et les expressions telles que « capital humain » par exemple, c’est que Ford, avec son livre Le Juif international, a inspiré Godwin¹. Primo Levi écrit dans Si c’est un homme que dans les camps, les prisonniers juifs étaient des « pièces » (stück). Les conseillers de Pôle Emploi « gèrent » des « stocks » ainsi que des « lots » de « D. E. ». Chacun a un « portefeuille de D.E. » (demandeur d’emploi).

Sur le site du « Trophée du Capital Humain », sponsorisé, donc, par Le Monde, mais aussi par Pernod Ricard, voici une « présentation du trophée » :

« Le Trophée du Capital Humain a été pensé sur la conviction qu’aucun avantage concurrentiel durable ne se construit sans une gestion qualitative du capital humain de l’entreprise. »

Oui, vous avez bien lu le mot gestion. Gestion du capital humain.

Comme l’écrit l’association CIRɲ, « cette idée d’un appel d’air est pourtant critiquable dans son principe même car elle relève d’une vision par principe négative de la venue de certaines catégories d’étrangers et parce qu’elle incite à une régression générale du respect des droits de ces personnes. Il ne s’agit que d’un mythe, d’une incantation qui finit par convaincre à force d’être répétée sans répit et qui, malgré sa vacuité, n’en a pas moins des effets déplorables. »

http://i0.wp.com/coupemenstruelle.net/wp-content/uploads/2014/11/ventouse-cup.jpg?w=640

***

  1. Nous dirons Godwin plutôt que Hitler, étant donné que le simple fait d’évoquer le lien entre nazisme et d’autres idéologies – telle l’idéologie du management – choque tant de bonnes âmes, comme si le nazisme n’était pas de l’histoire récente et comme s’il surgissait de nulle part… Sur ce sujet, lire « Hygiène sociale et gestion du capital humain : leçons du nazisme », André Mineau, Gilbert Larochelle, revue Science et Esprit, Vol. 60, Fasc. 1, Janv.-Avril 2008, Les Editions Bellarmin.

2. Les politiques migratoires et le concept de « l’appel d’air », mars 2009.

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 4. Le Monde | Marqué avec , , , , , | 2 commentaires

Huit journalistes reprennent le cliché d’extrême droite du socialiste ivrogne

1. Le socialiste ivrogne est un archétype de la caricature d’extrême droite.
Ci-dessous à gauche, une caricature de 1900 représentant Jean Jaurès tenant une « eau de Jourdain », symbolisant le judaïsme, et un journal dreyfusard, symbolisant la défense des juifs et de la République. À droite, une caricature, paru le 26 janvier 2015 dans Le Monde, représentant Jean-Luc Mélenchon, ivre, une bouteille à la main, et cinq autres bouteilles autour de lui (cliquez pour agrandir) :

fachos

L’affiche rouge ci-dessus représentant Mélenchon ivre, et sous-titrée « Boire ou s’abstenir, il faut choisir », est l’œuvre de « Zéon », militant au parti antisémite de Soral et Dieudonné. « Zéon » a été condamné par la justice pour ses dessins, autocollants et affiches antisémites collés en plein Paris, notamment pour une parodie de Une, « Bar-Mitzvah tragique à Toulouse – 4 morts » en référence aux enfants juifs tués à Toulouse par Mohamed Merah.

     Lors d’un débat avec Alain Finkielkraut le 9 janvier 2014, Jean Plantureux (Plantu) avait osé affirmer que « Dieudonné tape sur toutes les religions », alors que cela fait presque dix ans qu’il s’en prend exclusivement aux juifs. En revanche, le 19 janvier 2011, trois ans plus tôt, il assimilait dans son célèbre dessin Mélenchon à Le Pen et à Hitler.
Conclusion : pour ce salarié du journal Le Monde, Mélenchon est un nazi, mais pas Dieudonné. Et il produit le même genre de caricatures que l’extrême droite.

Le dessin de Jean Plantureux a été tweeté par le journaliste Jean Quatremer (Libération), puis son tweet a été retweeté par le journaliste Arnaud Leparmentier (Le Monde) :

plantu4merde

Dans les années 1980, voici comment Plantu, l’ami de Dieudonné, dessinait Henri Krasucki, juif communiste et résistant déporté :

plantu

2. Ci-dessous à gauche un jeu de mots de Libération avec l’expression « gros rouge qui tache »… À droite, une affiche du syndicat d’étudiants d’extrême droite UNI.

rougeuni

3. Le 14 septembre 2015 à la radio France Inter, la journaliste Charline Vanhoenacker a d’abord mis en garde ses auditeurs contre le risque d’une alliance entre les Verts et le Front de gauche, expliquant comme d’habitude que le vert et le rouge mélangés donnent du « brun » – c’est-à-dire font gagner l’extrême droite – et que par conséquent, hors du PS il n’y a point de salut. Le Parti Médiatique Uni est mort de peur à l’idée d’une alliance entre le Front de gauche et les Verts. Ensuite, la journaliste dit :

« Le tableau ne serait pas complet sans une saillie de Jean-Luc Mélenchon après trois coups de rouge […] ».

4. La veille, le journaliste Laurent Jacques concluait son éditorial titré « Nevropathes », paru dans La Dépêche, par ces phrases :

« Aujourd’hui se terminera la Fête de L‘Humanité. Par une tradition qui est aussi bien un rite de convivialité qu’un drapeau brandi, il s’y consomme énormément de vin rouge. Imaginez qu’on nous énerve notre Jean-Luc Mélenchon. On peut craindre le pire. » 

5. Le 30 mai 2012, c’est le journal L’Express, qui titrait Continuer la lecture

Publié dans 1. Libération, 3 --- RADIO ---, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, France Inter | Marqué avec , , , , , , | 6 commentaires

Les attaques du Parti Médiatique contre le style de Mélenchon ne sont qu’un prétexte

Ce n’est pas la parole « crue et drue » qui affole le Parti médiatique,
c’est la parole de gauche

Analyse de Luc, militant politique et syndicaliste

     Jean-Luc Mélenchon est souvent représenté dans la presse écrite en bête hirsute, décrit comme « éructant » (c’est à dire rotant) avec des photographies soigneusement choisies pour le montrer hurlant, vociférant, et l’accusant aussi de tous les maux. Bien évidemment, la presse s’en défend, mais les preuves en ce sens sont tout de même bien trop nombreuses pour qu’il s’agisse comme elle le prétend d’un pur hasard. Continuer la lecture

Publié dans 4 --- PRESSE ÉCRITE --- | Marqué avec , , , , , | Un commentaire

Pour le journaliste Benjamin Bonneau, Jean-Luc Mélenchon est d’extrême gauche

http://i2.wp.com/opiam.fr/wp-content/uploads/2015/06/bbcaca.jpg?w=640 À l’image de ses collègues d’Europe1, Benjamin Bonneau s’acharne sur Jean-Luc Mélenchon. Après avoir écrit que Mélenchon « éructe » (voyez la sobre et non partisane illustration, 1er mars 2013), après l’avoir accusé de trouver « des astuces » pour montrer qu’il est actif et investi au Parlement européen (9 juin 2015), après avoir écrit qu’il fait des « petites phrases qui ne font pas beaucoup avancer le débat » (14 février 2011), le journaliste d’Europe1 Benjamin Bonneau a produit le 11 septembre un article titré « La Fête de l’Huma, théâtre de la division de l’extrême gauche », et sous-titré « Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon s’oppose sur la question grecque et sur la stratégie à adopter aux régionales ». Oui, le journaliste ne s’embarrasse pas plus de déontologie que d’accord du sujet avec le verbe…

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 3. Europe1, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Benjamin Bonneau | Marqué avec , , , , | Un commentaire

Lilian Alemagna flirte avec le journalisme primaire

     Le journaliste rigoureux et déontologique de Libération continue d’accuser Mélenchon de germanophobie, sans aucun argument bien entendu. Le 9 mai, il l’avait déjà accusé de « jouer avec la flamme du nationalisme et les mauvais instincts anti-germains », mais il ne s’est jamais indigné des propos de son confrère Jean Quatremer, lui aussi journaliste à Libération. Non bien sûr, car lorsque c’est un confrère qui dit que « le Conseil des ministres et la Commission sont noyautés par des haut-fonctionnaires allemands », la critique est acceptable, exquise même et pourquoi pas germanophile.

Hier, Lilian Alemagna concluait son article « Oskar Lafontaine (Allemagne) l’inspirateur de mélenchon » par ce paragraphe :

« Au PG, on veut, avec Lafontaine comme avec Varoufákis, enrôler des personnalités européennes pour crédibiliser ses positions sur la monnaie unique. Et démontrer, en renouant avec Lafontaine et en le poussant médiatiquement en France, que ce n’est pas être «germanophobe» que de critiquer le voisin allemand. Dans son dernier livre (le Hareng de Bismarck), Mélenchon flirte pourtant avec l’antigermanisme primaire. » Continuer la lecture
Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Lilian Alemagna | Marqué avec , , , , , | 2 commentaires

Pour le journal « Die Zeit », le nationalisme allemand est démocratique, les souverainetés populaires française, allemande, grecque et anglaise sont fascistes

« C’est seulement si vous votez pour Martin Schulz et pour le SPD qu’un Allemand pourra devenir président de la Commission européenne. » (affiche de campagne du PS allemand)

« Il est le bon Allemand. » (une jeune membre du PS allemand à propos de Martin Schulz) Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Die Zeit, Mélenchon = Le Pen | Commenter

Le Monde compare innocemment Mélenchon au « monstre destructeur » du célèbre film « Falling Down »

     Après que « M », le magazine du journal Le Monde a innocemment associé Varoufakis (le Mélenchon grec) aux « pires heures du proxénétisme », après que ce même magazine a assimilé sans le faire exprès Mélenchon à Hitler dans son dossier « Le grand MÉCHANT Mélenchon » (avec majuscules et photos truquées), voici que le magazine du Monde, ce 5 septembre dans « Le look estival de Jean-Luc Mélenchon », associe innocemment Mélenchon au personnage principal du film Falling Down (titre québécois : L’enragé).

enragé

L’enragé est en effet un « monstre destructeur », calme et ordinaire en apparence, qui se met à terroriser et à tuer dès lors qu’il se procure des armes. Mélenchon est aussi comparé à l’abruti dangereux Homer Simpson, aux commandes d’une centrale nucléaire (qu’il fait exploser). Remercions donc le journal non manipulateur Le Monde de nous informer de ce dont Mélenchon – ce « piège à cons qui vous manipule » – serait capable une fois au pouvoir.

En 2013, le journal Libération a aussi innocemment associé Mélenchon à un film d’horreur, ainsi que le leader de la gauche Jeremy Corbyn, il y a quatre jours, à Freddy Krueger, violeur et tueur d’enfants dans le film Freddy : les griffes de la nuit.

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, 4. Le Monde | Marqué avec , , , | 3 commentaires

Deux journalistes objectifs et non partisans défendent Valls pour la gifle donnée à un militant du MJS

« Un  incident viril mais correct » pour Europe1,
« Une franche explication » pour Libération

Le journaliste de Libération est Tristan Berteloot. Le 13 février 2013, il s’était amusé à titrer « Le Front national plus rouge que Mélenchon ».
Le journaliste d’Europe1 est Sébastien Tronche. Le 22 décembre 2014, il avait répandu comme tant de ses collègues l’idée que le Front National serait anticapitaliste.

     Dans son article « La vidéo de l’incident entre Manuel Valls et un jeune socialiste à la Rochelle », paru le 2 septembre 2015, le journaliste du « Lab » d’Europe1 a défendu le premier ministre. Il a refusé d’employer les termes de « gifle » ou de « soufflet ». Il estime qu’il s’agit d’un « incident viril mais correct ».

« On voit clairement Manuel Valls tapoter la nuque du militant puis le visage du militant, à plusieurs reprises. Mais avec autorité. A la Manuel Valls. »

« Tapoter ». C’est le mot qu’emploie Valls et c’est celui que reprend le journaliste, indépendant, non partisan et qui-ne-sert-la-soupe-à-personne, comme on dit dans son équipe du « Lab ». Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, 3. Europe1, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Sébastien Tronche | Marqué avec , , , , , | Commenter

Pour Libération et pour The Times, le Mélenchon anglais est un film d’horreur

     À la Une de Libération ce 1er septembre, le leader de la gauche Jeremy Corbyn est innocemment associé à Freddy Krueger, violeur et tueur d’enfants dans le film Freddy : les griffes de la nuit. Le même jour, la rubrique « opinion » du Times caricature Jeremy Corbyn en Freddy Krueger.

timeslibétorche

En page 3, Libération ajoute que le violeur d’enfants est aussi un « candidat gauchiste » et « irréaliste » qui « fait miroiter une réforme similaire à celle de l’après-guerre, mise en place par le Parti travailliste de Clement Attlee et démantelée par Margaret Thatcher ».

Définition de « faire miroiter » dans le Robert : Proposer comme avantageux (afin d’appâter quelqu’un). V. Promettre. Il lui a fait miroiter les avantages qu’il pourrait en tirer.

Bref, le candidat-violeur appâte les électeurs-enfants.

Le 29 novembre 2013, dans sa rubrique de cinéma, Libération avait aussi par un malencontreux hasard associé Mélenchon à un film d’horreur ultra-violent avec « crucifixion » et « terreur absolue » (voir « beurre un autre jour », Guillaume Tion).

Plus récemment, c’est encore très fortuitement que J.-L. Mélenchon a été associé : Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, The Times | Marqué avec , , , , , | Commenter

Le journal Libération tente de faire croire que Le Pen est « hellénophile »

     Libération tente encore de faire croire que Marine Le Pen soutient la Grèce, alors qu’elle-même a produit le 4 février un communiqué titré « Grèce : Le Front National, pour le principe du remboursement de la dette ! » qui affirme qu’ « une dette est une dette » et que « rembourser est un devoir éthique ». Ce 11 juillet, dans son article « Dans la solidarité jusqu’au cou », Mathieu Lindon écrit (très innocemment, sans volonté bien entendu d’assimiler la gauche aux fascistes) :

« […] Ceux qui se disent solidaires des Grecs, les vrais hellénophiles de Jean-Luc Mélenchon à Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan, voient plus les avantages que eux pourraient en tirer que les inconvénients risquant d’en résulter pour les Grecs. »

Le 16 avril 2015, Libération écrivait que Le Pen est économiquement « gauchiste ».
Le 2 juin 2014, Libération demandait : « Et si le FN était plus à gauche que François Hollande ? ».
Le 30 décembre 2012, c’est encore Mathieu Lindon qui titrait dans Libération « Les mariés de l’an 2012 » en faisant de « Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon » le premier « couple de l’année ».

Le Parti Médiatique Uni a bien avancé dans son projet de dédiabolisation du fascisme. Libération y contribue largement, d’autant plus qu’il ose se dire encore de gauche.

« Nous sommes de gauche, nous luttons contre les injustices, les abus de pouvoir, pour que Libération conserve ses valeurs. » Blague d’un journaliste de Libération, 03/04/14.¹
« L’équipe de Libé est pour l’heure l’honneur de la profession. »²
Autre blague d’un journaliste de Libération, 27/04/14.

***

1. « Votre rituel d’accueil est très pestilentiel », article signé « Les salariés de Libération ».
2. « La société doit se saisir de la question des médias », Emmanuel Vire.

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Mélenchon = Le Pen | Marqué avec , , , , , | Un commentaire

Le journaliste extrême Michel Bassi mène le même combat que Marine Le Pen, le journaliste Philippe Reinhard applaudit avec les fascistes

     Dans sa stratégie de dédiabolisation, Marine Le Pen a reçu les 8 et 9 juillet l’aide de Michel Bassi et Philippe Reinhard, journalistes à L’Éclair des Pyrénées. Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Mélenchon = Le Pen | Marqué avec , , , , | Commenter

« Libération » choisit l’ombre pour Tsipras et Mélenchon, la lumière pour Le Pen

Voici la Une de Libération du 6 juillet 2015, après la victoire de la gauche grecque au referendum de la veille :

http://i0.wp.com/pbs.twimg.com/media/CJK_h1GWUAAOM-k.jpg?resize=443%2C571&ssl=1Et voici la Une de Libération du 7 avril 2013, après que J.-L. Mélenchon avait osé dire qu’un coup de balai était nécessaire pour purifier une atmosphère politique insupportable (pendant l’affaire Cahuzac) :

http://md0.libe.com/api/libe/v2/paperpage/191484/?size=x500&format=jpgLà, c’est la Une de Libération du 26 mai 2014, après que Marine Le Pen a fait 25% aux élections européennes :

http://md0.libe.com/api/libe/v2/paperpage/206474/?size=x500&format=jpgDans le même genre, un dossier spécial sur Mélenchon paru dans Le Nouvel Observateur du 12 avril 2012 (à huit jours des élections présidentielles) – après Mélenchon l’escaladeur, Mélenchon le pertubateur :

obsPour plus d’illustrations impartiales, neutres, objectives et déontologiques, voir Le Dark Mélenchon, un procédé médiatique neutre et objectif.

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération | Marqué avec , , , , , , | Commenter

Le journaliste Sébastien Tronche a des cheveux et emploie le verbe « être », de même que Marine Le Pen, à l’autre bout de l’échiquier politique

     Dans son article du 6 juillet – « Après la victoire du non au référendum en Grèce, François Hollande communique sur la crise plutôt que sur le résultat » – le journaliste d’Europe1 Sébastien Tronche informe :

« Dans la classe politique les réactions se sont multipliées. Jean-Luc Mélenchon, co-fondateur du Parti de gauche et fervent soutien du d’Alexis Tsipras, appelait même à un rassemblement dimanche soir place de République pour célébrer le « non » à un projet, selon lui sournois et calamiteux ». La gauche de la gauche et les « frondeurs » du PS ont sur la même longueur d’onde salué le refus du peuple grec face aux exigences de ses créanciers, de même que le FN, à l’autre bout de l’échiquier politique. »

De même. La routine dans le monde d’absence de pensée qu’est le Parti Médiatique. Pour lui, peu importe que le Front national soit obligé de brouiller les pistes pour prospérer, comme tout parti fasciste, qu’il soit obligé de prétendre saluer la gauche grecque antiraciste et de produire dans le même temps un communiqué titré « Grèce : Le Front National, pour le principe du remboursement de la dette ! ». Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 3. Europe1, Sébastien Tronche | Marqué avec , , , , , , | Commenter

Un article, deux journalistes, sept citations anonymes

La routine dans la presse rigoureuse, déontologique et impartiale

     Dans son édition du 18 au 24 juin, Le Nouvel Observateur publie un article de Audrey Salor et Jean-Yves Lacote, « Mélenchon, un chef de famille encombrant ». Sous-titre : « Cécile Duflot a rompu, le PCF se lasse de ses foucades et ses provocations inquiètent jusqu’au sein du Parti de gauche. Et si l’atout de la gauche radicale en 2012 en était devenu le boulet ? »
Le 15 décembre 2014, le journal Les Échos avait titré « Le boulet Mélenchon ». Le 22 novembre 2014, c’est le journaliste Charles de Saint Sauveur qui voyait en Jean-Luc Mélenchon un « boulet » (et fustigeait ses « foucades » – tiens, comme Audrey Salor et Jean-Yves Lacote). Logique : la question d’un sondage du Parisien à 1012 personnes était de savoir si Mélenchon était « un atout ou un handicap », ainsi le journaliste a-t-il pu écrire que « les Français le voient comme un boulet pour son camp (65%) ».

     Il faut reconnaître avant tout que la photographie qui illustre l’article n’est pas injurieuse, car c’est très rare. Ne pas choisir une photographie injurieuse de Mélenchon, on appelle ça, chez la jeune génération de journalistes, « servir la soupe ». Voyons donc comment les auteurs servent la soupe dans la suite de leur travail. Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, 6. se faire nouvelobserver | Marqué avec , , , , , , , | Un commentaire

Les astuces de Benjamin Bonneau pour montrer qu’il pratique le journalisme

Le journaliste accuse Mélenchon d’avoir trouvé  « des astuces » pour montrer qu’il est actif et investi au Parlement européen

     Benjamin Bonneau accorde régulièrement à Jean-Luc Mélenchon un traitement impartial, objectif et déontologique. Le 1er mars 2013 par exemple, dans son article « Cette explosive loi d’amnistie sociale » paru sur Europe1 (voyez la belle illustration), le journaliste écrivait que « le leader du Front de gauche a éructé sur BFMTV ».

bb

Le 14 février 2011, le journaliste résumait un débat entre Mélenchon et Le Pen dans le Journal du Dimanche à « une bataille de petites phrases et de jeux de mots qui n’ont pas beaucoup fait avancer le débat ». Tiens, c’est justement le même résumé qu’ a fait son confrère d’Europe1 Thibaut Pézerat, pour qui seuls comptaient les « petites phrases », le « running gag » et « un nouveau clash avec un journaliste » mais pas les 19 propositions qu’avait faites J.-L. Mélenchon au cours d’une émission dont était censé rendre compte le journaliste (qui lui aussi, tiens, illustrait son article par une photographie fort impartiale et déontologique).

http://i0.wp.com/opiam2012.files.wordpress.com/2013/06/pc3a9zerat.jpg?w=640&ssl=1

Les idées et les faits n’intéressent pas Bonneau et Pézerat. Seules comptent les « petites bbcacaphrases ». Ce 9 juin 2015, Bonneau écrit dans « Absentéisme : les eurodéputés les plus (et les moins) assidus » (Europe1) que « Jean-Marie Le Pen » et « d’autres ténors ont trouvé des astuces pour montrer qu’ils sont actifs et investis à Strasbourg. Nadine Morano, Rachida Dati, Jean-Luc Mélenchon ou encore Florian Philippot multiplient ainsi les questions et les interventions courtes dans l’hémicycle. « Je parle, donc je suis », en somme. »

Évidemment, le journaliste ne démontre rien.  Trois mots en guise de démonstration. Aucun chiffre des différents classements d’assiduité des parlementaires. Le journaliste pose sa crotte. D’ailleurs il le revendique sur Twitter (voir ci-contre). Au lecteur de faire le travail, ou de croire sur parole le curé médiatique. Rigueur déontologique, objectivité, neutralité etc. etc. etc.

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 3. Europe1, Benjamin Bonneau | Marqué avec , , , , , , | Commenter

Le Parti Médiatique somme les citoyens de gauche de se mépriser eux-mêmes

Ridiculiser et diaboliser, pour dénier aux citoyens le droit d’avoir des porte-paroles

     Le très respectueux et déontologique monde médiatique informe quotidiennement les sympathisants et électeurs de Mélenchon qu’ils sont des groupies drogués qui « s’évanouissent » devant leur « rock star », leur « gourou » à qui ils vouent un « culte de la personnalité », un « culte du chef », et « qui pourraient aisément écrire une hagiographie » sur leur « idole » ¹. En échange, leur « dieu » (qui se trouve être tour à tour un Hitler ², un Le Pen ³, un Mussolini 4 et un Staline 5) les « ratisse » 6 et les « manipule » 7.

consmanip

Dans ce monde médiatique fort nuancé et tolérant, il n’est pas permis d’avoir de l’estime pour un représentant qui se trouve être un excellent porte-parole. Non, cette estime est réduite à ce qu’elle a de plus primaire : on ne soutient pas celui qui incarne nos idées, défend nos droits et notre dignité mieux qu’un autre mais un trublion qui « fait le show » 8 et qui « parle bien », c’est-à-dire, dans la langue mi-paranoïaque mi-poujadiste des médias, qui nous manipule. Seuls vrais garants de la démocratie, les adultes-journalistes non démagogues, non populistes et non manipulateurs protègent le peuple-enfant manipulable, pour son bien, des « éructations populistes de Mélenchon » 9. Les citoyens qui soutiennent un tel éructeur sont donc ridicules et méprisables : quelle idée saugrenue en effet que de soutenir qui les soutient, leur parle de fraternité, et réconcilie culture et politique ! Ne doit-il pas forcément y avoir quelque chose de suspect là-dessous ? Ce mystère tourmente cruellement le Parti Médiatique qui, obsédé par l’idée d’aller « débusquer » en chacun sa part d’ombre et ses motivations honteuses, ne conçoit pas que l’on puisse agir sans attendre un « retour sur investissement ». De même, dans son monde paranoïaque, quiconque prétend parler au nom du peuple ne saurait être autre chose qu’un démagogue-populiste manipulateur, entendant lui aussi « tirer profit », « tirer des bénéfices » 10, « capitaliser » 11 et « surfer » 12. Si tout est monnayable dans le monde médiatique, pourquoi en irait-il autrement dans toute la cité ? Ainsi parlent le cynisme et le nombrilisme du Parti médiatique 13 (voir en conclusion ci-dessous l’analyse qu’en fait Nietzsche). Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Mélenchon = démagogue, Mélenchon = populiste | Marqué avec , , , , | 2 commentaires

Selon un journaliste, « le FN est devenu plus que tout autre le parti de quiconque se sent fragile ou menacé »

midiExtrait de « Le match des droites aura bien lieu », article de Michel Richard, paru le 10 mai 2015 dans Le Midi Libre :

« Le parti refuge ? Parallèlement à cette lessive idéologique, Marine Le Pen a élargi son offre électorale. Ayant fait siens les combats contre l’immigration, l’islamisme et l’insécurité, elle a enrichi sa tenue nationale d’un pardessus social avec un programme de protection-providence, proche de celui de Jean-Luc Mélenchon. Le FN est devenu plus que tout autre le parti de quiconque se sent fragile ou menacé. »

Le 17 avril, Europe1 affirmait que Philippot est « socialiste ». La veille, Libération écrivait que Le Pen est économiquement « gauchiste ». Le 2 juin 2014, Libération demandait : « Et si le FN était plus à gauche que François Hollande ? ». Le 3 avril 2013, Le Figaro demandait : « Le Front national est-il un parti de gauche ? ». Le 13 février 2013, BFN TV titrait : « Le Front national plus rouge que Mélenchon ». Le 13 février 2014, Le Point titrait : « Le FN, parti « hard left » ». Le 1er septembre 2014, Le Nouvel Observateur écrivait que Le Pen est le « seul recours à gauche » et qu’elle a « des idées sociales ».  Le 12 avril 2011, Atlantico titrait « Le Front national est devenu le premier parti de gauche ». Le 6 mars 2015, la Voix de l’Ain faisait sa Une avec la citation d’un pétainiste (sans préciser qu’il était pétainiste) : « Le FN est un parti démago de gauche ». Le 6 mars 2015, la Voix de l’Ain faisait sa Une avec la citation d’un pétainiste (sans préciser qu’il était pétainiste) : « Le FN est un parti démago de gauche ». Le 11 décembre 2013, selon Les Échos, « avec son programme économique, le Front national confirme qu’il n’est pas un parti d’extrême droite, mais un parti d’extrême gauche » (« Le Front national ou la fusion de tous les extrêmes »).

Continuer la lecture

Publié dans 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Midi Libre | Marqué avec , , , , , | Commenter

Germanophobie au journal Libération ?

     « […] le Conseil des ministres et la Commission sont noyautés par des haut-fonctionnaires allemands […] » (Jean Quatremer, journaliste à Libération)

     Ce 9 mai, le journaliste de Libération Lilian Alemagna accuse Jean-Luc Mélenchon de « jouer avec la flamme du nationalisme et les mauvais instincts anti-germains » (voir « Allemagne, la voie d’excès de Mélenchon »). Le 6 avril 2013, il titrait la double page 2-3 « Affaire Cahuzac : Mélenchon pour la « purification » éthique » (mot qu’il n’a jamais prononcé), illustrée par une énorme photographie de Mélenchon le faisant apparaître tel un criminel. Son confrère de Libération Jean Quatremer a déjà assimilé Jean-Luc Mélenchon à un antisémite et à un nazi.

     Il est amusant de voir un Alemagna choqué par les propos « germanophobes » de Mélenchon, mais pas par ceux d’un Quatremer qui, mal contrôlés, sont à la limite de la germanophobie (dirons-nous pour ne pas recevoir de nouveau des menaces de procès). En effet, le 3 mars 2015, Jean Quatremer éructait dans Libération (« Allemagne, la mal-aimée de l’Europe ») :

« […] le Conseil des ministres et la Commission sont noyautés par des haut-fonctionnaires allemands faute pour Paris d’avoir su y placer ses hommes. Un exemple ? Selon notre comptabilité, les Allemands comptent 9 chefs et adjoints de cabinet chez les 28 commissaires européens, contre 3 Français. »

Les Allemands « noyauteraient » donc ! « Le mot est grave », écrit Mélenchon dans son livre Le hareng de Bismarck paru le 7 mai, « il veut dire infiltration organisée en vue d’un but connu des seuls participants. Un complot ? Un peu de mesure tout de même. »

Les propos de Jean Quatremer n’ont pas choqué Lilian Alemagna ni le Parti Médiatique en général. Pourtant Quatremer dit ici la même chose que Mélenchon. Continuer la lecture

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, Jean Quatremer, Lilian Alemagna | Marqué avec , , , , , , | Commenter

Le journaliste de Libération Lilian Alemagna a peur qu’on oublie que Jean-Luc Mélenchon est une « caricature » et qu’il est « excessif »

     Le vocabulaire de Lilian Alemagna semble quelque peu limité quand il s’agit de parler de Jean-Luc Mélenchon. Ce 9 mai 2015, le journaliste titre : « Allemagne, la voie d’excès de Mélenchon ». Sous-titre : « En voulant dénoncer le modèle économique de Berlin, l’eurodéputé tombe dans la caricature ».

Excessif

     Il y a exactement un an, les 4, 6 et 11 mai 2014, Lilian Alemagna dénonçait trois fois en huit jours « les excès » de J.-L. Mélenchon¹. Le 11 avril 2014, il fustigeait encore « les excès de Mélenchon ». Le 20 octobre 2010, il fustigeait aussi son « verbe haut, fourni, toujours excessif » ².

Caricatural

     Le 30 décembre 2013, il reprochait à Mélenchon³ de « se laisser enfermer dans sa propre caricature ». Et que lui reprochait-il le 23 août 2014 ? « De se laisser enfermer dans cette caricature d’homme (politique) en colère. ».

Une astuce de journaliste « neutre et objectif » : dire « on » au lieu de « je ».

Ce 9 mai 2015, le journaliste a employé sa petite astuce. Il conclut son article ainsi : « On l’invite à y passer ses vacances. » (en Allemagne). Le 23 août, le journaliste écrivait : « l’eurodéputé devenait de plus en plus inaudible. On n’entendait plus que ses  rancœurs et attaques contre François Hollande, Manuel Valls ou les journalistes. »(4)

     Heureusement, tous les journalistes ne sont pas des Lilian Alemagna. Certains assument leur subjectivité. Ils ne disent pas « On n’entendait plus que… blablabla », mais « Je n’entendais plus… ». En fait, ils ne prennent pas leur cas pour une généralité.

***

1.

– 4 mai 2014 – « Le Front de gauche veut réoccuper le pavé », Libération.
– 6 mai 2014 – « Idée fixe, griller les « solfériniens » aux européennes », Libération.
– 11 mai 2014– « « Delap », le Mélenchon à sang froid » , Libération.

2.

– 11 avril 2014 – « Les écologistes et le Front de gauche se tournent autour »
– 20 octobre 2010 – « Jean-Luc Mélenchon, la vox populiste »

3.  « Le parler cru de Mélenchon », Libération.
4. « A la manœuvre, Mélenchon passe la VIe », Libération.

Publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, Lilian Alemagna | Marqué avec , , , , , , | 2 commentaires