Un journaliste de Libération conteste le « Mélenchon = Le Pen »

Il est censuré

« Marine Le Pen aboiera, Jean-Luc Mélenchon éructera »
« Marine Le Pen pavoisera, Jean-Luc Mélenchon s’enfiévrera »

(« Qui va défendre l’Europe ? », Alain Duhamel, Libération, 16 avril 2014)

     Personne n’ouvre sa bouche à Libération pour protester contre la diffamation permanente faite à Mélenchon et à ses symphatisants : assimilations à Hitler, à Le Pen, Staline, etc. Personne sauf Pierre Marcelle. Les autres ne protestent pas, soit qu’ils soient des lâches, soit que pour eux aussi, Mélenchon c’est la même chose que l’extrême droite – ces grands intellectuels.

     Pierre Marcelle a donc écrit un texte pour protester contre la diffamation du 16 avril. Évidemment, il a été censuré par le directeur de Libération Fabrice Rousselot. Le journaliste de Politis Sébastien Fontenelle (l’un des très rares journalistes qui n’a jamais diffamé J.-L. Mélenchon) rapporte que F. Rousselot a jugé « insultants » certains termes de la réponse de Marcelle à Duhamel, qui devait paraître le 25 avril. Évidemment, Rousselot n’a pas jugé insultante l’assimilation de Mélenchon à Le Pen. Encore une belle preuve d’objectivité, neutralité, impartialité etc. du journal Libération.

Voici la réponse de Marcelle à Duhamel (que Fontenelle publie dans son article « Chez Libération, la censure de Marcelle continue ») :
« Europe : on n’est pas là pour se faire engueuler« 

Ajout du 28 avril : en septembre 2013, le journaliste Hervé Kempf avait démissionné du Monde, pour avoir vu lui aussi son travail sur Notre-Dame-Des-Landes censuré. Les deux journaux les plus violemment anti-Mélenchon ont les mêmes pratiques : hostiles aux mouvements sociaux, hostiles aux mouvements écologistes.

Ce contenu a été publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Un journaliste de Libération conteste le « Mélenchon = Le Pen »

  1. Dorzédéjà dit :

    Dans la lente agonie de Libération, Pierre Marcelle joue le rôle de la statue du commandeur: Il est le dernier à défendre les idéaux que son journal foule aux pieds depuis si longtemps. Les censures à répétition dont il est victime ont au moins le mérite de révéler l’état de décomposition idéologique avancée de la médiacratie.

  2. Méjean Michel dit :

    Mais qui donc disait, je ne sais plus où : Il est normal que le pouvoir s’exerce! Autant dire il est normal que la censure existe!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *