Selon un journaliste, « le FN est devenu plus que tout autre le parti de quiconque se sent fragile ou menacé »

midiExtrait de « Le match des droites aura bien lieu », article de Michel Richard, paru le 10 mai 2015 dans Le Midi Libre :

« Le parti refuge ? Parallèlement à cette lessive idéologique, Marine Le Pen a élargi son offre électorale. Ayant fait siens les combats contre l’immigration, l’islamisme et l’insécurité, elle a enrichi sa tenue nationale d’un pardessus social avec un programme de protection-providence, proche de celui de Jean-Luc Mélenchon. Le FN est devenu plus que tout autre le parti de quiconque se sent fragile ou menacé. »

Le 17 avril, Europe1 affirmait que Philippot est « socialiste ». La veille, Libération écrivait que Le Pen est économiquement « gauchiste ». Le 2 juin 2014, Libération demandait : « Et si le FN était plus à gauche que François Hollande ? ». Le 3 avril 2013, Le Figaro demandait : « Le Front national est-il un parti de gauche ? ». Le 13 février 2013, BFN TV titrait : « Le Front national plus rouge que Mélenchon ». Le 13 février 2014, Le Point titrait : « Le FN, parti « hard left » ». Le 1er septembre 2014, Le Nouvel Observateur écrivait que Le Pen est le « seul recours à gauche » et qu’elle a « des idées sociales ».  Le 12 avril 2011, Atlantico titrait « Le Front national est devenu le premier parti de gauche ». Le 6 mars 2015, la Voix de l’Ain faisait sa Une avec la citation d’un pétainiste (sans préciser qu’il était pétainiste) : « Le FN est un parti démago de gauche ». Le 6 mars 2015, la Voix de l’Ain faisait sa Une avec la citation d’un pétainiste (sans préciser qu’il était pétainiste) : « Le FN est un parti démago de gauche ». Le 11 décembre 2013, selon Les Échos, « avec son programme économique, le Front national confirme qu’il n’est pas un parti d’extrême droite, mais un parti d’extrême gauche » (« Le Front national ou la fusion de tous les extrêmes »).

***

Le 4 juin 2014, dans l’avant-dernier paragraphe de son article « À Tergnier, on vote FN « pour leur faire peur là-haut » », la journaliste du Monde Anne Villechenon écrivait :

« Derrière la contestation se devine l’envie de retrouver un statut, une place au sein d’une société qui ne représente plus la classe ouvrière. La rébellion ne se niche plus dans le vote rouge mais bleu marine, avec l’espoir de mettre à mal le système politique actuel. »

Et voici quel extrait de l’article était mis en évidence : « « Le FN sait parler aux ouvriers, à ceux qui n’ont pas beaucoup de sous » ». Citations sans aucune critique qui banalisent et répandent le lepénisme. Quel peut bien être l’intérêt de lire des citations de lepénistes décomplexés dans les médias, sans aucune analyse de ces propos ? Cela conduit les lepénistes à être davantage décomplexés. C’est un cercle vicieux.

« C’est pour leur faire peur, là-haut, qu’on vote FN. Si ça permet de faire évoluer les choses… », avance Michel, ouvrier socialiste qui a voté pour la première fois Le Pen dimanche.« Le père, j’aurais pas pu. Mais la fille, elle s’adresse à nous. Avec Hollande, on s’est fait avoir. »
http://i2.wp.com/opiam2012.files.wordpress.com/2014/07/lemondefacho.jpg?resize=640%2C331&ssl=1

Cliquez pour agrandir

 

Ce contenu a été publié dans 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Midi Libre, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *