Selon trente journalistes, Mélenchon « éructe », « vomit », « gerbe », « aboie » et devrait « fermer sa gueule »

1. Dans son article « Qui va défendre l’Europe ? » paru dans Libération le 10 mai 2013, Alain Duhamel écrit :

« Marine Le Pen aboiera, Jean-Luc Mélenchon éructera »

2. Dans son article « Camarade Mélenchon » paru le 20 juin 2011 dans Le Monde, Marion Van Renterghem écrit :

« Mélenchon éructe »

3. Dans sa chronique titrée « La fauvette zinzinule, Mélenchon éructe », Guy Carlier dit à la radio Europe1 le 8 novembre 2010 :

« Mélenchon éructa […].
Mélenchon éructait […].
Mélenchon éructe. »

4. Dans son éditorial du 26 juin 2013 (« Après la gauche caviar, la gauche 1re classe »), Melina Schröter écrit dans le journal suisse Le Matin :

« Pas une manif d’ouvriers où on ne l’aperçoit au premier rang hurlant et vociférant. Pas un camp de clandestins démantelé sans qu’il éructe sur tous les plateaux de télé, l’écume aux lèvres. »

5.  Dans « Mélenchon : l’épouvantail devenu tigre de papier » paru dans  Le Point, Jérôme Béglé écrit le 5 décembre 2013 :

« Les explications embrouillées qu’il fournit sur son blog pour justifier ses manipulations se transforment une fois de plus en éructations… »

6. Selon un journaliste, Mélenchon « éructe » et « gerbe ».  Selon lui, Mélenchon s’appelle Mélenchon ; Le Pen s’appelle Marine.

« Mélenchon frappe au cœur » – article d’Alexandre Poplavsky, paru le 25 janvier 2012 dans L’Est Républicain. Les deux derniers paragraphes sont titrés « Marine et la presse » :

« Marine et la presse
Sur les terres ouvrières du Pays de Montbéliard, Jean-Luc Mélenchon s’en est pris au Front National : « Le FN vous ment, le FN vous trompe, le FN vous asservit », a-t-il lancé aux salariés de la région, une semaine après le passage de Marine Le Pen. « Il faut combattre ses militants, un à un. Porter la contradiction comme sur la fausse augmentation de 200 € que le FN veut accorder à tous les salariés. C’est une arnaque, Marine Le Pen les prend sur les cotisations sociales donc dans votre poche ». »
Que ses aficionados se rassurent, Mélenchon s’en est aussi pris à la presse. Sans raison, il s’est au beau milieu de son discours déchaîné contre ces journalistes qui disent de lui « qu’il tonne, qu’il éructe, ce qui veut dire cracher ». Il gerbe ces déclarations à chacune de ses sorties. Mais pour le coup, on le trouve sacrément hypocrite le camarade Mélenchon. Car hier, il éructait, et le mot n’est pas faible, sur tous les grattes-papiers dont son équipe de campagne a elle-même organisé le déplacement en terre comtoise. »

7. Dans son article « La politique au front de taureau » paru dans La Voix du Nord, Jean-Michel Bretonnier écrit le 13 mai 2012 :

« Ce qu’ils offrent tous les deux [Mélenchon et Le Pen], c’est un discours, surtout un discours. Ils éructent et admonestent, ils sermonnent et ils dénoncent, ils sont plus à l’aise dans l’imprécation que dans la précision, ils peuvent se livrer tout entiers au plus échevelé des lyrismes et promettre des lendemains qui chantent puisque, de toute façon, ils n’arriveront pas de sitôt au pouvoir. »

8. « Une conversion sur le tard », La Nouvelle République, courrier des lecteurs publié sur le site comme un article, 29 janvier 2014 :

« Dans tous les sens du terme, M. Hollande vient de se découvrir : il est « social-démocrate ».
La gauche de la gauche hurle à la trahison, M. Mélenchon éructe comme jamais. »

9. « Pour en finir avec le « jacobinisme suranné » », tribune parue dans Le Point, 28 novembre 2013 :

« « Voilà les revendications raisonnables et légitimes qui font éructer Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen et figent dans un immobilisme stérilisant la grande partie du personnel politique français, engoncé dans un « jacobinisme suranné », comme le dit si bien Jean-Jack Queyranne, président (PS) du conseil régional Rhône-Alpes. L’urgence d’une République plus généreuse et plus ouverte n’en est que plus criante. »

10. « Le délicieux duo Guaino-Mélenchon », 22 novembre 2014, La Voix du Nord, Jean-Michel Bretonnier :

« C’est d’abord Jean-Luc Mélenchon qui éructa, effrayant jusqu’au téléspectateur tassé dans son fauteuil. Comment ce Belge osait-il demander des comptes à la France au nom de l’Europe des marchands ? Comment la France de la Révolution pourrait-elle se renier et rendre des comptes à la nouvelle Coalition ? »

11. Première phrase de l’article « Hollande laisse dire Mélenchon et attend la suite », de François-Xavier Bourmaud, paru dans Figaro le 6 mai 2013 :

« Il tempête, il vitupère, il éructe même parfois. »

12. Le 25 février 2012, dans son article »Marine Le Pen versus Jean-Luc Mélenchon » paru   dans Vosges Matin, le journaliste Christophe Gobin écrivait :

« Le second [Mélenchon] a éructé sous le nez de la première [Le Pen] qui s’est efforcée de le snober. »

13. Le 1er mars 2013, dans son article « Cette explosive loi d’amnistie sociale » paru sur Europe1 (voyez la belle illustration), le journaliste Benjamin Bonneau écrivait :

 « […] le leader du Front de gauche a éructé sur BFMTV »

14. Le 17 novembre 2011, dans son article « Copé sur France 2 : « Hollande ne tient pas la barre de son camp » », paru dans Le Parisien, la journaliste Marie Poussel écrit :

« « L’économie est au service de la vie pas l’inverse », éructe Mélenchon en évoquant la crise de l’euro. »

15. Le 2 mai 2013, dans son article « Les fantômes de l’Opéra » paru dans le Journal du Centre, le journaliste Jacques Camus écrit :

« Les éructations populistes des Mélenchon et Marine Le Pen s’alimentent des palinodies de « l’establishment ». »

16. Le 12 avril 2014, dans « Comment François Hollande veut gagner son pari », article paru dans Slate, le journaliste Éric Le Boucher écrit :

« François Hollande n’est pas économiste, sa seule focale est la politique. Sur ce terrain, il a gagné une première bataille, fondamentale vu de son camp, celle menée contre l’extrême gauche. La déconfiture d’un Jean-Luc Mélenchon, contraint à l’éructation impuissante, et la disparition des mouvements trotskistes en témoignent. »

17. Le 18 février 2015, le journaliste du Nouvel Observateur Thierry de Cabarrus écrit dans « Mélenchon sur « Le Divan » de Fogiel : derrière le trublion médiatique, un homme tiraillé » :

« Une fois de plus, Marc-Olivier Fogiel a réussi le pari d’allonger sur son « Divan » l’homme debout au poing levé et d’obtenir des confidences sincères plutôt que des éructations d’estrade. »

18. Le 6 janvier 2011, la journaliste Valérie Domain conclut son article « Enorme clash entre Jean-Luc Mélen­chon et Nico­las Demo­rand », paru dans Gala, par cette phrase :

« La suite, on ne l’en­ten­dra pas, mais les éruc­ta­tions de Jean-Luc Mélen­chon doivent encore réson­ner dans la station de la rue François 1er. »

19. Le 5 avril 2015, dans « Cramé contre cramé », article paru dans L’Alsace, le journaliste Raymond Couraud écrit :

« Mmes Taubira, Aubry ou Duflot, acharnées à déboulonner le « bonapartiste » qu’elles accablent de leurs piques, devraient méditer cette enquête. Elles auraient tout autant intérêt à se demander si les Français ne rejettent pas plutôt la gauche doctrinale qu’elles incarnent. Cela vaut pour les éructations castristes de M. Mélenchon comme pour celles des frères daltoniens écologistes, plus rouges que verts. L’électorat a envie de voir son gouvernement gagner la bataille de l’emploi et de la croissance. Manuel Valls serait donc cet homme. »

20. Le 14 octobre 2015 dans « VIDÉO. Hollande humilié par deux syndicalistes, Mélenchon responsable ? Une image terrible », article paru dans Le Nouvel Observateur, le journaliste Olivier Picard écrit :

« En somme, il faudrait lui éructer au visage pour qu’il comprenne, ce traitre. C’était ça le message ? C’est celui, en tout cas, auquel Jean-Luc Mélenchon s’abandonne, persuadé d’être le dernier résistant dans la lutte des classes. »

21. Le 31 août 2015, dans « La nouvelle insanité de Mélenchon », article paru dans le journal Challenges, le journaliste Maurice Szafran écrit :

«  »Menteur, menteur, menteur », a-t-il éructé à de multiples reprises, mettant ainsi en cause la réalité des créations de postes dans l’enseignement. »

22. Le 27 mai 2015, dans « Jean-Luc Mélenchon : « Je suis Podemos » », article paru dans Le Canard Enchaîné, le journaliste Frédéric Pagès écrit :

« Mélenchon vomit… ». « Il vomit. »
« Il vitupère, il tonitrue. »

23. Le 24 mai 2014 dans « Échafaud pour Mélenchon. Le leader du Front de gauche est mort. Vive l’homme! », article paru dans Causeur, le journaliste Vincent Castagno conclut :

« S’il a la bonne idée de suivre mon conseil, plus besoin pour lui d’éructer contre les faveurs accordées au FN par les médias. »

24. Le 26 juin 2016 dans « Jean-Luc Mélenchon : L’homme qui n’aimait pas les médias », article paru dans Le Nouvel Observateur, le journaliste Alexandre Le Drollec écrit :

« Mélenchon éructe »

Quant à Marine Le Pen, elle disait elle aussi, à propos de Jean-Luc Mélenchon, le 19 janvier 2012 lors d’un entretien chez I-télé ¹ :

« Devant les caméras, il éructe, il menace, il insulte. »

Le 4 juin 2012, elle disait lors d’un discours à Hénin-Beaumont ² :

« Il vomit la démocratie. »

Lors d’un entretien du 16 novembre 2013 avec le journal gratuit Metro, elle disait :

« Il passe sa vie à éructer. »

Un autre fasciste, beaucoup moins complexé, Bruno Gollnisch, écrivait sur son blog le 6 avril 2012 (« Jean-Luc Mélenchon, voiture-balai de Nicolas Sarkozy ») :

« M. Mélenchon a éructé à cette occasion lors d’une réunion à Limoges contre « les vieilles brutes », « les bons à rien », « les grands guignols », « les poivrots » du FN ! »

25. Il serait temps que Mélenchon arrête de roter et de vomir. Comme le dit la journaliste Cléa Favre – qui a travaillé chez Libération avant d’être au journal suisse Le Matin –, Mélenchon devrait « fermer sa gueule ».

Alexandre Poplavsky, Marion Van Renterghem, Melina Schröter, Benjamin Bonneau, Jérôme Béglé, Guy Carlier, Jean-Michel Bretonnier, etc., font donc partie de ces journalistes qui parlent comme Le Pen… d’autant plus qu’Alexandre Poplavsky banalise le racisme (sans le faire exprès) en appelant Mme Le Pen par son charmant petit prénom.

Tiens, mais qui d’autre appelle Mélenchon par son nom et Le Pen par son mignon petit prénom tout doux ? Sur le forum « La vague bleu Marine » (www.partisansmarine.com), précisément à cette adresse, on trouve ce commentaire de « trismus37 » du 15 février 2011, sur le fil « Rendez-vous médiatiques : Le Pen / Mélenchon sur RMC » :

« Ce que j’ai trouvé de plus sublime, (parlant du FN au second tour,) c’est l’envolée de colère que Mélenchon qui éructe face à Marine »

Jean-Luc Mélenchon est-il un chien ?

26. Dans un reportage de France5 du 4 septembre 2013 (« C à vous »), le journaliste de L’Express Christophe Barbier, invité par ses confrères à dire quel animal pourrait être Jean-Luc Mélenchon, répond :

« un chien: ça aboie très fort un chien. »

27. Dans son article « Pour en finir avec Mélenchon » paru le 14 mars 2012 dans L’Express, Christophe Barbier écrivait :

« Même s’il aboie sans jamais mordre, car sa prudence parle plus fort que son courage, il est impardonnable et ridicule quand il s’affuble d’un masque de pitbull. »

28. Le 5 juin 2015, « M », le magazine du journal Le Monde, publie un article du journaliste Jean-Michel Normand, « Mélenchon et l’histoire en Bern ». Il conclut ainsi son premier paragraphe :

« Pour l’aboyeur de la gauche de la gauche, l’éducation des masses mérite autre chose que des thématiques « si caricaturales ». »

Le 3 octobre 2015, le même journaliste écrit dans le même journal (« Trompeuse Allemagne ») :

« Jean-Luc Mélenchon, qui veut carrément suspendre les ventes de Volkswagen en France, en a la bave aux lèvres. »

(On a vu au numéro 4 que Mélenchon avait « l’écume aux lèvres »).

29. Le 23 mars 2012 dans « Le sens caché des gestes : Jean-Luc Mélenchon », article anonyme paru dans Les Échos, le journaliste introduit son article ainsi :

« Le leader du Front de Gauche aboie souvent ses arguments. Ce n’est donc pas un hasard d’observer souvent chez ce tonitruant débatteur politique et lors d’échanges musclés, ce que l’on appelle « une lèvre de chien » […]
Le poing se ferme souvent, ce geste indique selon le contexte la colère, la force combative, il est issu de l’héritage primatologique (les grands singes) et se fait plus volontiers de la main droite. »

30. « Mélenchon ou le pari de l’aboyeur », titre de l’éditorial paru le 25 mars 2013 dans La Charente Libre, par Dominique Garraud :

« […] Se jouant des limites floues du politiquement correct, la polémique allumée par Jean-Luc Mélenchon est symptomatique de sa stratégie assumée d’aboyeur « cru et dru » qui lui avait si bien réussi à la présidentielle. »
wouf

À droite, un tract de l’UNI, syndicat étudiant proche de l’extrême droite. Voir l’article du Monde « Qu’est ce que l’UNI ?»

Le 9 février 2012, sur le site d’Alain Soral, « Fécalité & Reconstipation », repère de tous les antisémites et néonazis francophones, un texte anonyme est titré « Mélenchon, le Lucky Luke de la politique… mais bien sûr ! ». Voici le deuxième paragraphe :

« Lui, le résistant bolchévique, l’opposant au capitalisme mondialisé, dont TF1, Libération, le Monde, ces organisations révolutionnaires rattachées au Komintern font la promotion à longueur d’émissions ou d’articles, lui qui aboie d’autant plus fort qu’il ne mord pas. »

Best of complété le 25 février 2016

Notes :

1. « Mélenchon traite Marine Le Pen de « semi-démente » qui répond « petit garçon » », France TV Info, Par Pierre Magnan, 19/01/12.

2. « Législatives – Le Pen : « Mélenchon vomit la démocratie », 04/06/12, par « La rédaction de RTL.fr »

Ce contenu a été publié dans 1. --- LE PIRE ---, 1. Libération, 3. Europe1, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, 4. Le Monde, 6. se faire nouvelobserver, 8. Le Parisien, L'Est Républicain, La Nouvelle République, La Voix du Nord, Le Canard Enchaîné, Le Figaro, Mélenchon = Le Pen, Mélenchon = populiste, Mélenchon gerbe/éructe, Slate, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Selon trente journalistes, Mélenchon « éructe », « vomit », « gerbe », « aboie » et devrait « fermer sa gueule »

  1. dorzédéja dit :

    L’Est répugnant est un grand classique. Pour doper le tirage, trouver un méchant. Mélenchon ça marche à tous les coups. Il est méchant, la preuve tous les journaleux disent qu’il est méchant. A bas la méchanceté ! vive la connerie !

  2. Ping : Lettre au Jack Russel de Jegoun (et, accessoirement, aux caniches de Merkel…) | les échos de la gauchosphère

  3. Dominique dit :

    Ce doit être terrible d’être journaliste … de se dire qu’on n’a rien à dire, rien à proposer. Se dire qu’on n’est rien!
    Qu’il doit être doux de les mettre face à eux-mêmes.
    Ces journalistes qui connaissent tout sur la fameuse « dette », sur le gaz de schiste, l’économie, l’Afrique en guerre, Valérie et Carla, la Bourse … Quels cerveaux !!
    Ces journalistes qui apparaissent quand je marche sur ma « zapette »… sont toujours là!
    Mêmes journalistes et mêmes économistes depuis des jours et des jours … Amen

  4. Sébastien Dibos dit :

    Mme Le Pen ne porte pas le prénom de Marine. Son véritable état civil est Marion Anne Périne Le Pen.

  5. Ping : À bout, le journal « L’Opinion » confond mamours et politique

  6. nansouty dit :

    pourquoi répéter à l’infini , et faire ,de ce fait une publicité sans fin à la bêtise de certains journalistes et autres . Les gens sont capables de trier , ceux qui n’en sont pas capables sont de toute façon irrécupérables . malheureusement , la vieille formule :  » il faut de tout pour faire un monde  » est vrai !!!! Arreter de perdre du temps à resservir ces inepsies , ….. plutôt répéter les avis positifs sur Mélenchon , IL Y EN A PLEIN ……..!!!!!!!!!!!

  7. Grouchenka dit :

    Il est grand temps d’aller chez le gastro-entérologue!!

  8. ernieDiscall dit :

    ..un de ces abrutis de journaleux essaie d’expliquer que le mot eructer veut dire cracher..si je ne me trompe ,il voudrait plutot dire roter…ce qui est toujours plus supportable que leurs pets malodorants..

  9. ernieDiscall dit :

    ils le savent ces crétins de merdias ,que tout le mal que Melenchon dit d’eux ,c’est pratiquement ce que pensent tous les français (?)

  10. claudecarron dit :

    Çà confirme bien ce que je pensais : Les mousquetaires de Dumas étaient quatre, les bourgeois de Calais six, les samouraïs, sept, les apôtres douze et les journaleux baveux autant que jaloux, vingt-six… Il n’est plus que temps de changer tout çà . Vive la 6e république ! CC

    • Chevalier dit :

      Bonjour
      Je trouve cela rassurant, au contraire, que ces journalistes(?) essaient de se trouver ainsi une raison d’exister.
      Ils ont donc en stock un tas de mots-images symboles de leur culture. Ils placent éructations, vomissures, aboiements en y associant JL Mélenchon et ça leur assure une fin de mois correcte.
      Balaises ces journaleux ‘ je sais tout »….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *