Diabolisation visuelle de Mélenchon dans les médias 7/7

Plutôt Hitler que Blum, plutôt Le Pen que Mélenchon !

     Comme cela a été démontré dans les épisodes précédents de la série « Diabolisation visuelle de Mélenchon dans les médias« , cette diabolisation va très souvent de pair avec la dédiabolisation de Le Pen.
Ce 23 novembre, Le Point publie un article titré « Les détournements de Walter Lewino : Mélenchon interdisant à Le Pen d’approcher la classe ouvrière. » Bien qu’il se veuille humoristique, l’article est d’emblée mensonger et s’inscrit dans le registre de la diabolisation visuelle et verbale de J.-L. Mélenchon. Il est d’autant plus pervers qu’il joue sur l’ambiguïté entre divertissement et information, ce qui permettra éventuellement au journaliste de se dédouaner ainsi par avance de toute responsabilité. M. Mélenchon n’a jamais « interdit » à Mme Le Pen d’approcher la classe ouvrière ; il lui dénie la légitimité – à l’appui d’arguments rationnels et longuement développés (qui n’intéressent pas l’immense majorité des journalistes) – de parler en son nom. Et c’est aux ouvriers lepénistes que M. Mélenchon fait un reproche – et non une interdiction – : être intellectuellement paresseux en refusant de faire l’effort de prendre conscience de leur classe sociale, être lâches et masochistes.
L’article est illustré par une gravure du XIXe siècle représentant un homme en colère, debout, menaçant d’une main une belle dame à terre, la serrant d’une autre au poignet, et écrasant sa robe d’un pied. Le journaliste explique dans son introduction qu’il s’agit d’un « détournement » :

« Jusqu’à sa disparition, en janvier 2013, le journaliste Walter Lewino s’était fait une spécialité d’illustrer l’actualité politique et sociétale à l’aide de détournements de gravures publiées dans la presse du XIXe siècle. Ces détournements, uniques et jubilatoires, publiés de son vivant dans Le Point et la revue Le Tigre, sont maintenant rassemblés dans un ouvrage posthume à mourir de rire…
Il écrivait : « Nous avons détourné les gravures les plus pittoresques, sans nous préoccuper de leur fonction première, afin de leur redonner une vie qu’elles ne méritaient pas d’avoir perdue. […]
Voici le détournement du jour : Mélenchon interdisant à Le Pen d’approcher la classe ouvrière (cliquer sur la gravure pour l’agrandir) : »

plutôtlepenquemélenchon

Une fois de plus, Jean-Luc Mélenchon est présenté comme un homme violent, un agresseur, l’œil noir, et Marine Le Pen est présentée comme une belle victime. C’est Marine Le Pen qui dit elle-même que Jean-Luc Mélenchon a un « visage hideux » et qu’il est un « dangereux hurluberlu d’extrême gauche »¹. De très nombreux journalistes choisissent donc la même ligne politique qu’elle, en fabriquant un Mélenchon hideux et dangereux.
Huit exemples :

1. Montage illustrant un article du Point (encore) intitulé « Aux législatives, vous avez le permis de tuer ! » (08/06/12). Ici, le journal a choisi de fabriquer un Mélenchon agresseur (tueur ?), et une Le Pen agressée, un homme qui frappe une femme :mélenchontuerur2

2. Ci-dessous, sur le site Internet de Marianne, on peut voir, à gauche, la belle dame, souriante ; à droite, le méchant Mélenchon, grimaçant, crispé et insultant « les Bretons » :

https://i0.wp.com/opiam2012.files.wordpress.com/2013/11/mc3a9chantmc3a9luche1.jpg?resize=628%2C392

3. Ci-dessous, le célèbre dessin de Plantu, paru dans L’Express. Le Pen sourit, Mélenchon fait la gueule / éructe / vocifère (au choix) :

https://i1.wp.com/opiam2012.files.wordpress.com/2013/06/plantu.jpg?resize=435%2C406

4. Ci-dessous, un montage de RTL. Le journaliste choisit encore de présenter un Mélenchon ronchon, la bouche à l’envers, le regard plutôt noir – inquiet peut-être ? méprisant puisque dirigé vers le bas ? –, une partie du visage dans l’ombre, sur un fond entièrement noir ; et une Le Pen plutôt souriante, sans ombre sur son visage, le regard au loin (vers l’avenir ? vers l’espoir ?), un rayon de lumière suit la direction de son regard à l’horizon :

https://i2.wp.com/opiam2012.files.wordpress.com/2013/06/vomidejournalistes.jpg?resize=640%2C540

5. Ci-dessous, un autre montage du Point. Là encore, le journaliste choisit de présenter un Mélenchon ronchon, un peu méprisant, le visage ombragé plutôt que lumineux ; et une Le Pen plutôt souriante, encore, sans ombre sur son visage, encore, le regard au loin (vers l’avenir ? vers l’espoir ?) :

point pop

6. Encore dans un article du Point, Mélenchon était (par un fort malencontreux hasard) assimilé à un cannibale :

https://i1.wp.com/opiam2012.files.wordpress.com/2013/05/armelmehani.jpg?w=640

7. Après Mélenchon le cannibale, Mélenchon le meurtrier. Un titre innocent, neutre et objectif : « Belgique : le « Mélenchon wallon » inculpé du meurtre de son épouse ».

   https://i2.wp.com/opiam2012.files.wordpress.com/2013/11/melenchonwallon.jpg?resize=640%2C711

8. Entre les deux, Mélenchon le « tireur fou » :

mélenchontireur fou

     Revenons à la première illustration du Point et à son titre. Toux deux s’inscrivent aussi dans cette propension – consciente ou inconsciente – à faire de Le Pen une version plus attrayante de la gauche. Exemples : « Le Front national plus rouge que Mélenchon« , Tristan Berteloot, BFN-TV, 13/02/13. Mais aussi : tous ces journalistes qui, au mépris des règles les plus élémentaires de leur métier, disent en chœur que « Le Pen double Mélenchon sur sa gauche » parce que, selon eux, elle est favorable à la retraite à 60 ans »…

     On peut ne pas s’en rendre compte, mais ce flot d’images peut aussi rester dans l’inconscient du lecteur, ce qui peut accentuer l’effet produit par les nombreuses autres accusations d’antisémitisme, de nazisme, de crime contre l’humanité, plus ou moins assumées, à l’encontre de Mélenchon. Ces procédés d’assimilation, parce qu’ils sont insidieux et apparemment inoffensifs, peuvent être très efficaces. Cela peut paraître bénin, mais à moyen ou long terme, de manière répétée et diffuse, c’est d’un matraquage doux d’un message simple destiné à se glisser dans le cerveau disponible dont il s’agit. À force de lire et d’entendre des mots en rapport avec la violence, prononcés à la suite du nom de Mélenchon, de voir son visage  accolé à celui d’une Le Pen (à ce propos, voir ou revoir le « Zapping Mélenchon » sur le populisme), d’un Hitler, du mot meurtre, et de voir des montages et des titres fabriquant un Mélenchon pire que Le Pen, le citoyen naïf finira peut-être par assimiler, plus ou moins consciemment, Jean-Luc Mélenchon à un meurtrier, à un Hitler, à quelqu’un de pire que Le Pen. Voilà le travail neutre, objectif et non populiste de ces journalistes.

Sur le thème « Mélenchon = pire que Le Pen », voir aussi :

1. « Mélenchon est le pire des xénophobes » (Yves Thréard sur France5, le 09/12/12)

2.  « Le match des extrêmes : Le Pen convainc plus que Mélenchon« , de Bruno Jeudy et Nicolas Prissette, 5 mai 2013, Le Journal du Dimanche.

3. « Le match des extrêmes : avantage Le Pen« , 4 mai 2013, Le Journal du Dimanche et Europe1.

4. Libération qui trouve que « À la cohérence implacable de Marine Le Pen, il [Mélenchon] oppose une incohérence romantique » (voir « La résistible ascension de Jean-Luc Mélenchon« , 10/05/13).

5. « Mélenchon plus « sectaire » que Le Pen« , Europe1,  5 mai 2013.

6. « Le Pen « moins sectaire » que Mélenchon« , BFN TV, 5 mai 2013.

7. « Des médias qui préfèrent Marine Le Pen à la marée citoyenne« , F. Delapierre, 03/05/13

8. « Mélenchon « encore moins crédible » que Le Pen », OPIAM (voir « Le risque de la grande panne politique
« , Jean-Michel Helvig, 6 mai 2012, La République des Pyrénées)

9. « Selon un journaliste, Mélenchon est pire que Le Pen », OPIAM (« un Jean-Luc Mélenchon ayant atteint un niveau d’insulte et de mépris à l’égard de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault que même le Front national ne s’autorise pas. ») : voir Jean-Michel Helvig, « [Edito] Traité budgétaire européen : un avertissement parlementaire« .

***

Note :

1. Voir RTL, 04/06/12, « Législatives – Le Pen : « Mélenchon vomit la démocratie »« 

Ce contenu a été publié dans 1. --- LE PIRE ---, 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, Le Point, Mélenchon = Le Pen, Mélenchon = pire que Le Pen, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Diabolisation visuelle de Mélenchon dans les médias 7/7

  1. dorzédéja dit :

    Mon expérience de forumeur m’amène à cette conclusion: Le solférinisme hollandais constitue pour beaucoup ( on le comprend) un véritable traumatisme. Comment, moi de gauche, ai-je pu me laisser embarquer dans une escroquerie pareille ? Il y a sûrement un méchant quelquepart…voyons les médias…Mélenchon ! Bon sang mais c’est bien sûr ! Celui qui donne des leçons à tout le monde donc à moi-même ! A bas les donneurs de leçon. La sagesse est dans le compromis, et le compromis dans la compromission.

    • Ouilya dit :

      Mon expérience de citoyen régulièrement enfumé et le sachant m’amène à me demander :  » Mais pourquoi un tel acharnement sur Jean-Luc Mélenchon ? C’est qu’il dérange une « certaine » politique et en suivant de près ses interventions et ses combats, je constate qu’il est un « dangereux éveilleur de conscience » pour ceux qui ont décidé de nous mettre à genoux.
      « Le premier qui dit la vérité, doit être exécuté ». La sagesse n’a pas sa place ici car maintenant, il s’agit de SURVIE et là chaque citoyen va devoir faire face à cette réalité qui n’émane pas de Mélenchon mais d’une politique voulue et assassine des peuples. Jean-Luc n’a qu’un tort, c’est de le dénoncer et de vouloir éduquer les gens à prendre en main leur vie et donc la politique qu’ils veulent voir appliquer pour le bien de l’Humain d’abord qui lui n’est jamais cité par les « journaleux », misérables pantins de nos « tortureurs » !

Répondre à dorzédéja Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *