Un journaliste décrète qu’ « en 2017, il n’y aura que deux places pour trois prétendants »

Le Parti Médiatique Uni est mort de trouille à l’idée d’une alliance entre le Front de gauche et les Verts

http://i1.wp.com/opiam.fr/wp-content/uploads/2015/03/enfinir.jpg?w=640

Ce 3 avril, le journaliste Philippe Mabille de La Tribune commence son article « Nouvelles géométries électorales » en écrivant :

« La leçon des élections départementales, c’est que le paysage politique français forme désormais un triangle infernal : trois partis, de force à peu près égale, se partagent le marché électoral […] »

C’est désormais une « pensée » de PMU largement répandue dans le Parti Médiatique Uni : les électeurs sont un « marché », et « les politiques » (catégorie aussi insensée que « les journalistes ») vendent une savonnette, une banane, un balai…
Dans l’avant-dernier paragraphe, le journaliste écrit :

« Dans le triangle de la politique hexagonale, les électeurs risquent d’avoir l’impression de tourner en rond si le seul duel qu’on leur propose est de refaire le match de 2012. Ce qui est sûr, c’est qu’en 2017, il n’y aura que deux places pour trois prétendants. Tout se jouera donc au premier tour. »

Déjà, dans sa chronique du 3 juillet 2014, titrée « 2017 : vers une élection présidentielle à un tour » – le journal Libération, grand amoureux de la démocratie, appelait à une élection à un seul tour, deux candidats interchangeables, une seule politique possible : l’UMP ou le PS. Cet appel avait pour une fois au moins le mérite d’être assumé.

Dernier paragraphe de l’article de La Tribune :

« Cette bataille commence dès maintenant. François Hollande va la mener en mettant tout en oeuvre pour éviter qu’il y ait une candidature d’Europe Écologie Les Verts ou pire, une jonction entre Jean-Luc Mélenchon et Cécile Duflot, pour former une sorte de front de « gauche Syrisa à la française ». »

Cette phrase illustre parfaitement ce que disait François Cocq dans « La 6e République est sur les rails, la preuve, Alain Duhamel s’y oppose » : « Dans le petit monde oligarchique, rien de plus efficace pour mesurer l’avancée d’une idée que de constater l’opposition qu’elle suscite. ». Le journaliste prétend parler de la peur du parti de Hollande, mais il est clair qu’il évoque aussi la peur de son parti, le Parti Médiatique. Cette peur confirme ce qui est indispensable pour la gauche : une alliance entre le Front de gauche, les Verts, le NPA et le « Socialistes Affligés ».

Sur la trouille qu’a le Parti Médiatique d’une alliance entre Front de gauche et Verts, voir aussi « Lilian Alemagna en furie ».

Ce contenu a été publié dans 4 --- PRESSE ÉCRITE ---, La Tribune, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Un journaliste décrète qu’ « en 2017, il n’y aura que deux places pour trois prétendants »

  1. Le Darou dit :

    Je dois vous rappeler que votre « Parti Médiatique Uni » a déclarer avoir voté a 20% pour Saint Mélenchon? et a 70% a gauche? vous vous décribiliser a chaque fois en jouant les fleurs de serre… les médias sont extremement bienveillant envers le Mussolini au rabais en l’invitant bien plus que ne le justifierais ses scores miserables et ne le chahute quand dans l’espoir d’une de ses coleres homériques qui font le buzz… Vous pouvez rassembler toute les nuances rouge et de vert que vous voudrais, vous aurez certe du brun, mais vous n’aurez meme pas 15% et c’est pour ca qu’au second tour ce sera Lepen qui représentera la gauche extrémiste. Les média et Mélenchon ont un numéro bien rodé : Ils épluchent les oignons mais c’est toujours la gauche extremiste qui pleurniche…

  2. La où vous avez raison, c’est que le bipartisme (« droite » contre « gauche », « PS » et alliés contre « UMP » et alliés) arrangent les medias.

    Mais le probleme est qu’une alliance entre des ecolos et des communistes n’a aucun sens …

    http://ecologieliberale.blogspot.fr/2015/09/les-divergences-entre-ecologistes-et.html

Répondre à O.P.I.A.M. Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *