Le journaliste J. Quatremer traite J.-L. Mélenchon d’antisémite

Article et titre modifiés le 06/04/13 à la demande de M. Quatremer et de son avocat

Samedi 23 mars, ce journaliste de Libération s’est déchaîné. Sur Twitter, il a accusé Mélenchon d’antisémitisme.

« JLMelenchon plus stalinien que jamais.Y compris les relents d’antisémitisme (« Moscovici ne pense pas F, il pense finance internationale »). »
« Dire que Mosco ne « pense pas français », c’est le sifflet à ultrasons antisémite »

Quatremer sous-entend donc que Moscovici est juif, et que Mélenchon le sait et l’attaque en raison de sa judéité. Plus loin, Quatremer affirme clairement que Moscovici est juif, puis donne ce conseil à Mélenchon :

« Eviter de dire que Mosco (qui est juif) « ne pense pas français » »

Selon l’interprétation d’Askolovitch, qui se trompe, en 2012 Quatremer avait écrit un article ¹ dans lequel il attaquait Moscovici sur son appartenance supposée au judaïsme :

« Pierre Moscovici souffre d’un handicap supplémentaire: il n’aime pas l’Allemagne, ce qui est gênant au poste qu’il occupe, l’Europe étant fondée sur la relation franco-allemande. »

Askolovitch en déduit, à tort, que pour Quatremer, c’est

« l’inadéquation européenne de Moscovici par son judaïsme qui le rendait germanophobe ».

Après les critiques de Claude Askolovitch sur cet article, Quatremer s’était plaint des gens qui voient des antisémites partout – c’est là que ça devient drôle :

« tu as le droit de le trouver nul, tu n’as pas le droit de me traiter d’antisémite. Ca, ça relève des tribunaux.

Hier soir, Quatremer s’est défendu d’avoir qualifié Mélenchon d’antisémite. Pour lui, « relents d’antisémitisme » n’est pas la même chose qu’antisémitisme :

quatremer

N.B. : Le titre de ce billet ainsi qu’une citation ont été modifiés ce dimanche 24 mars après la protestation quatremerienne ci-dessous, dans les commentaires.

Stéphane Alliès, pour une fois, a fait honnêtement son travail de journaliste et a pris la défense de Mélenchon : « « Mélenchon antisémite », ou la fabrique d’un buzz factice ».

Harlem Désir, premier secrétaire du Parti « socialiste » exige des excuses de la part de Mélenchon, dont les propos lui donnent « le haut-le-cœur ».
Quant à Julien Dray, digne, il a pris la défense de Mélenchon : « Traiter Mélenchon d’antisémite, c’est imbécile et ça tue le débat nécessaire ».

Oh, petit rappel à nos amis du Parti « socialiste ». Quand Hollande disait en campagne que son adversaire, la finance, « n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne »… c’était antisémite ou pas ?

Ajout à 14h18 : Mélenchon vient de réagir aux flots de vomi provenant du Parti « socialiste » et de nombreux journalistes : « Si un jour, un jour un seul dans sa vie, parce que Pierre Moscovici est juif, quelqu’un venait, ou à l’insulter, ou à l’offenser, ou à le menacer, alors il nous trouverait tous, comme un seul corps, un seul bloc à ses côtés. En un instant, nous oublierons tout : la rage de le voir avoir traité notre pays de cette manière. Nous sommes intrinsèquement antiracistes et humanistes. J’ignorais quelle était la religion de Pierre Moscovici et je n’ai pas l’intention d’en tenir compte dans l’avenir, pas davantage que dans le passé ».

Article modifié à 14h20.

À 11 h, toujours sur Twitter, Jean Quatremer a maintenu son accusation :

« j’ai dit « relents antisémites » et je maintiens. »

P.S. : Invité de l’émission « C à vous » sur France 5 le 14 septembre 2012, Mélenchon a déclaré, à propos du port de la kippa que Le Pen veut interdire dans l’espace public :

« Je voudrais faire remarquer qu’elle [Marine Le Pen] a dit quelque chose de spécialement grave ce week-end (et le journal Le Monde lui a bien servi la soupe). Elle met sur le même plan quelque chose qui a été rejeté par la loi parce que c’est un mauvais traitement pour les femmes – ça n’a rien à voir avec la religion, c’est la question de la burqa […] – avec le port de la kippa. Et quand on la met en cause elle répond : « La République est en droit d’exiger des choses de ceux qu’elle vient d’accueillir. » Il lui reste à apprendre que la République n’a pas « accueilli » les juifs pour la raison qu’ils étaient là depuis l’an mil, qu’ils ont été persécutés depuis l’an mil et que depuis la grande révolution de 1793 ils sont citoyens français. Cette manière de parler est incroyable, c’est une manière de stigmatiser les musulmans, qui revient à toujours stigmatiser derrière, les juifs. Je voulais que ce soit dit. »

2 décembre 2012, invité sur BFMTV chez Mazerolles : « Pour la première fois depuis la guerre, quelqu’un a osé dire dans notre pays que c’était un problème d’avoir une kippa sur la tête. Et personne n’a rien dit. Et on a continué à dédiaboliser cette femme qui est dangereuse comme aucune autre formation politique ».

Et Mélenchon a été peut-être le seul responsable politique à dénoncer avec tant d’énergie le fait que, en février 2012, la fille Le Pen était dans la salle lorsque le père Le Pen a cité un poème de Brasillach, l’antisémite collaborationniste qui disait « Il faut se séparer des juifs en bloc et ne pas garder les petits. » Un poème qui était un testament politique, comme l’a expliqué Mélenchon sur son blog.

Ajout dimanche 24 mars à 21h10 – réaction  de Moscovici lors de l’émission Dimanche+ :

« Ce n’est pas un dérapage au sens où sa langue aurait fourché. C’est quelqu’un de très intelligent Jean-Luc Mélenchon. Il sait ce qu’il dit et il le fait exprès. »

Ajout dimanche 24 mars à 23h40 – Quatremer vient de s’excuser :

« Donc une polémique pour rien. Toutes mes excuses à Mélenchon et ma hargne à l’AFP qui a planté beaucoup de monde. »

Il se donne comme excuse d’avoir fait confiance à l’Agence France-Presse. Il affirme que « c’est une source ». Et la vérification des sources, c’est en option ? Dans les commentaires ci-dessous, Quatremer d’ailleurs critique ceux qui se servent mal des sources…

Note :

1. « Moscovici, tête de Turc des partenaires de la France », 9 décembre 2000, Libération.

Ce contenu a été publié dans 1. --- LE PIRE ---, Jean Quatremer, Mélenchon = antisémite, Mélenchon = Staline, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Le journaliste J. Quatremer traite J.-L. Mélenchon d’antisémite

  1. Jean Quatremer dit :

    Monsieur, la phrase sur Moscovivi que vous me prêtez n’existe pas. Une telle invention relève de la diffamation pure et simple. Je vous conseiile de la retirer sinon je vous poursuis en justice.

  2. O.P.I.A.M. dit :

    Cher monsieur Quatremer, le fait que vous associez la « finance internationale » au mot « juif » et prétendiez que Mélenchon a pensé à cette association sans la dire, voilà qui relève de la diffamation. Vous devriez vous détendre, vous gesticulez partout, ça devient un peu ridicule…

  3. O.P.I.A.M. dit :

    J’ai supprimé la phrase inexistante.

  4. AntiNeoCons dit :

    Nous pouvons toujours reprocher à Mélanchon ses joutes verbales

    Ceci étant gare aux amalgames , là il s’agit d’un procès d’intention
    Où est l’antisémitisme ?
    17 salopards
    Interrogé sur les propos de François Delapierre qui a fustigé « les 17 salopards de l’Europe », dont le ministre de l’Economie Pierre Moscovici, faisant référence à l’attitude des 17 gouvernements de la zone euro à l’égard de Chypre, il a trouvé que « c’est une très belle expression ».

    « Qu’a fait le Français dans la réunion? Il s’est pris pour un petit intelligent qui a fait l’ENA… c’est un comportement de quelqu’un qui ne pense pas français, qui pense finance internationale », a-t-il dit. « La cible suivante, ce sont les gros fruits. Il s’agit maintenant de saigner les Italiens et les Français », a estimé M. Mélenchon.

    • Javert dit :

      Il s’agit de « MelEnchon », s’il vous plaît… vous omettez, aussi, la préposition « en » sur laquelle s’est joué le malentendu !

  5. Jean Quatremer dit :

    Monsieur le courageux anonyme,

    Personnellement, j’assume ce que je dis. Dans l’article de décembre 2000 que vous citez, vous m’accusez à nouveau « d’attaquer Moscovici sur son appartenance supposée au judaïsme » et que « ce n’était pas la première fois apparemment ». La diffamation publique et par voie de presse se poursuit : citez moi une phrase de cet article où « j’attaque Moscovici sur son appartenance supposée au judaïsme », une seule. Vous vous appuyez sur une interprétation d’Askolovitch. Mon article, qui n’a jamais donné lieu à une poursuite devant la justice de la part de Moscovici citait les propos du ministre qui reconnaissait qu’il avait un problème dans sa relation avec l’Allemagne, problème qu’il expliquait par son histoire familiale (Die Zeit raconte exactement la même histoire, au passage). Donc votre misérable manoeuvre ne tient pas la route une seule seconde.

    Ensuite, oui, je n’ai pas dit que Mélenchon était antisémite, j’ai dit que sa phrase avait des relents antisémites. Si vous ne voyez pas la différence, je ne peux rien pour vous.

    Bref, votre papier amendé reste toujours de la diffamation. Je vais saisir les avocats du journal afin que vous compreniez qu’on est responsable de ses publications.

    • O.P.I.A.M. dit :

      Monsieur le courageux anonyme est anonyme, car si vous voulez bien le reconnaître, il n’a pas votre influence, votre capacité de propagande.

    • O.P.I.A.M. dit :

      Voilà, j’ai supprimé « ce n’était pas la première fois apparemment ». Mais c’est Askolovitch qui a dit ça. Au lieu de dire « je vais faire ceci cela », pour vous n’agissez pas ?

      • Jean Quatremer dit :

        Il faut vérifier ses sources, principe numéro de ceux qui ne veulent pas se contenter du café du commerce.

        • O.P.I.A.M. dit :

          Parlons à nouveau de la vérification des sources. Mélenchon n’a pas dit « Moscovici ne pense pas français » mais « Moscovici ne pense plus en français ». Source : enregistrement de Mélenchon. Vérifier ses sources, principe numéro (numéro combien ?)… de ceux qui ne veulent pas de contenter du café du commerce.

    • Batiste G. dit :

      M. Quatremer, quel est le rapport entre le journal Libération et la vendetta personnelle que vous menez contre Mélenchon depuis des années ? Votre animosité à son endroit vous fait visiblement perdre toute notion de ce qu’est la rigueur journalistique…

    • Harry Cover dit :

      Sans me mêler de trop dans votre brouille, je pense que sous entendre des « relents » d’antisémitisme dans le discours de tel ou de tel créée de facto une accusation, ou du moins, c’est attribuer à celui dont on dit cela, que la liaison faite entre les idées est volontaire et que ce qui est visé est l’appartenance communautaire de celui dont on parle (là en l’occurrence la supposée appartenance religieuse de ce Ministre). Tenir ce type de propos est grave et irresponsable car c’est ce genre d’allusion qui font naitre le doute du grand public sur les intentions réelle de tel ou tel (là de Monsieur Mélenchon), doute difficile à effacer, en réalité impossible. Quand le terme d’antisémite est posé, même si ce n’est pas une accusation directe, rien ne peut plus en retirer l’idée ou l’association « personnage=antisémite » dans le grand public, notamment parce que le monde médiatique utilise ensuite le terme de Monsieur Machin qui devient dans le doute un  » personnage controversé ». La polémique concernant Monsieur Mélenchon, que vous avez contribué à lancer ne disparaitra pas du jour au lendemain. Parce vous êtes journaliste vous avez une grande responsabilité dans les termes que vous utilisez et le poids des mots dans une société comme la notre. Que vous le souhaitiez ou non vous avez déclenché une suspicion qui risque de salir le politique que vous avez voulu décrire. Que dira t-on en effet du dessinateur Siné exécuté par Claude Askolovitch, ou de Noam Chomsky devenu un paria en France pour ce motif ?

      • O.P.I.A.M. dit :

        Le problème de Siné, c’est que lui il a vraiment associé judéité et argent.

      • Harry Cover dit :

        Ben non justement, voilà l’amalgame dont je parlais ci-dessus, amalgame qui reste présent dans les esprits et reproduit encore ici par OPIAM : Siné a dit « Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l’UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le Parquet a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n’est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit ! ». Si ce n’est qu’il dénonce l’opportunisme religieux du fils de l’ex Président, voir dans ce morceaux de texte de l’antisémitisme relève de l’inquisition et des procès en sorcellerie…
        Ça me désole que vous tombiez dans un panneau aussi grotesque que calomnieux.

      • Harry Cover dit :

        Oui et Chavez par le Président Iranien, etc…
        Être défendu (en très petite partie) par des antisémites notoires ne confirme pas pour autant qu’il est antisémite, sinon le nombre d’antisémite potentiel deviendrait exponentiel (comité de soutien : Jacques Tardi, Jihel, Barbe, Tignous, Diego Aranega, Willem, Jacques Lardie, Pétillon, Pichon, Philippe Geluck, Desclozeaux, des écrivains tels Gilles Perrault, Annie Ernaux, François Maspero, Régine Deforges et Raphaël Confiant, des philosophes comme Michel Onfray et Daniel Bensaïd, les humoristes Guy Bedos et Christophe Alévêque, l’écrivain et cinéaste Fernando Arrabal, les réalisateurs Jean-Luc Godard, Pierre Carles, Lionel Soukaz, des enseignants, des journalistes (Denis Robert, Denis Sieffert), l’acteur Gérard Depardieu, les comédiennes Marina Vlady et Yolande Moreau, le porte-parole de la LCR Alain Krivine, Olivier Besancenot, l’entarteur Noël Godin, le vice-président de l’Union juive française pour la paix Pierre Stambul, le musicien François Hadji-Lazaro, le DAL ou encore Rony Brauman, ex-président de Médecins sans frontières), etc.).
        Dans votre manière de penser si Monsieur Mélenchon obtenait sans l’avoir demandé les soutiens de Dieudonné, Soral et toute la clique des néo fascistes cela ferait-il de lui un antisémite ? Non je ne crois pas et vous non plus je pense…
        A toutes ces élucubrations scabreuses je ne peux que conseiller la lecture de cet article de Pierre Rimbert : http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2008-07-24-Antisemitisme

  6. Jean Quatremer dit :

    Une dépêche AFP pour l’édification des rares lecteurs de ce blog.

    « Jean-Luc Mélenchon s’est retrouvé dimanche, à l’issue du 3ème congrès du Parti de gauche à Bordeaux, au coeur d’une polémique, non sur la radicalisation de son discours contre le gouvernement et l’Union européenne, mais sur des accusations d’antisémitisme envers Pierre Moscovici, dont il s’est défendu énergiquement.
    Samedi, un de ses proches, François Delapierre avait lancé à la tribune que le ministre de l’Economie faisait partie des « 17 salopards de l’eurogroupe » qui font pression sur Chypre. Interrogé par la presse sur ces propos, Jean-Luc Mélenchon avait ajouté que le ministre de l’Economie « ne pense pas français, il pense finance internationale ».
    Le 1er secrétaire du PS, Harlem Désir a demandé samedi au coprésident du Parti de gauche de « retirer » ses propos « inacceptables », et ce « vocabulaire des années 30 ».
    Et dimanche, Pierre Moscovici lui-même, qui est d’origine juive, a jugé que M. Mélenchon « est en train, par détestation de la social-démocratie, par détestation du parti socialiste, de franchir certaines bornes ». « Il y a des choses auxquelles on ne touche pas », a dit le ministre lors de l’émission Dimanche+ sur Canal+.
    « J’ignorais quelle était la religion de Pierre Moscovici et je n’ai pas l’intention d’en tenir compte dans l’avenir, pas davantage que dans le passé », a dit dimanche M. Mélenchon lors du meeting de clôture du congrès.
    « Mais si un jour parce qu’il est juif », Pierre Moscovici était menacé, « il nous trouverait tous, comme un seul corps, pour le défendre », a-t-il ajouté sous les applaudissements de la salle.
    « Harlem Désir instrumentalise l’antisémitisme et de façon insupportable », a-t-il expliqué quelque minutes plus tard aux journalistes.
    « Un coup, une blessure », a admis au sujet de cette polémique Jean-Luc Mélenchon qui trouve les propos du premier secrétaire du PS « très offensants et humainement spécialement blessants de la part de quelqu’un qui a milité avec moi pendant des années ».
    « Diversion », assure Jean-Luc Mélenchon. « Les socialistes ont décidé de franchir à mon sujet des étapes inouïs de diabolisation », a-t-il déclaré devant les caméras.
    Dimanche matin, Jean-François Copé et Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) ont également fustigé les propos de Jean-Luc Mélenchon sans toutefois accuser explicitement le coprésident du parti de gauche d’antisémitisme.
    Au Parti du gauche, on s’attendait davantage à être attaqué sur le terme de « salopards ». Jean-Luc Mélenchon dénonce « cette attitude (de la France) au moment de Chypre qui n’est pas l’attitude qui correspond à la tradition et aux intérêts profonds de notre pays ».
    « Il (le gouvernement) ne pense qu’à cajoler la finance », a-t-il lancé sur scène.
    « Si le Président de la République ne se réveille pas , s’il ne comprends pas qu’il n’est pas dans un congrés permanent du PS à la tête de l’Etat (…) bientôt il verra que les autres n’en ont rien à faire de sa gentillesse et de ses blagues », a-t-il dit.
    « La finance internationale a fait son cahier de brouillon en Grèce, elle en fait un deuxième à Chypre , c’est nous les suivants », selon l’ex-candidat Front de gauche à la présidentielle pour qui « l’affaire de Chypre a été un franchissement ».
    « Nous ne sommes pas en train de dire que nous proposons de sortir de l’euro », a-t-il toutefois précisé. « En sortir, serait accepter +l’euro Merckel+ », a dit M. Mélechon qui souhaite « un euro des peuples ».
    « L’infecte propagande du parti solférinien va se mettre en route », a-t-il annoncé, en parlant du PS, dont le siège est rue de Solférino.
    Un « parler cru et dru », qu’a revendiqué sur scène Jean-Luc Melenchon « fier d’être tribun ». « Je ne leur reconnaîs aucune suprématie intellectuelle parce que ma manière de parler les dérange, parce que j’appelle un chat, un chat et mon camarade, un salopard, un salopard », a-t-il lancé sous les applaudissements d’une salle pleine.
    « Dans la Bible, il est écrit que Dieu vomit les tièdes », a-t-il rappelé.
    kap/vdr/bg

  7. Chani dit :

    voilà l’enregistrement de ce qui a été vraiment dit :

    « un comportement de quelqu’un qui ne pense plus EN français… qui pense dans la LANGUE de la finance internationale »

    http://www.politis.fr/Ce-qu-a-VRAIMENT-dit-Melenchon,21436.html

    Maintenant j’exige des excuses parceque c’est TRES GRAVE. Carrément caviarder des phrases et ensuite diffamer les personnes comme ca c’est insupportable.

    On est dans une république bananière ou quoi ?

  8. Pg33 dit :

    Le metier de journaliste est pourri par le fric comme dans pratiquement tout les metiers.
    Voyez ce quatremer (comme beaucoup d’autres) qui s’empresse de faire le buzz sans verifier ses sources. Comme ce n’est pas la premiere fois, et que l’on est habitué à ses « articles » cela n’etonne plus. Si seulement il y avait plus de Mediapart ou autre Shneiderman, journalistes d’investigations qui enquetent, apportent des faits et défendent la vérité, les Français seraient fiers de leur journalistes.

    Au de ca, on a ce « truc » qui oscille entre divertissement, provoc, et un peu d’info tronquée.
    J’ai mal à ma France, et c’est peu de le dire.

  9. Ecoeurée, je suis écoeurée. Les politiques et leurs amis agissent en toute puissance et me dégoûtent profondément. Heureusement qu’il reste monsieur Mélenchon, le seul a nous redonner un peu d’espoir dans ce monde de brutes! Nathanael, si tu nous lis, on te soutient,on lâche rien!!!

  10. Lionel Noury dit :

    merci pour ce site qui permet de poser et distancier avec des échanges argumentés une sensibilité épidermique qui peut jouer de vilains tours.

  11. Sans être pour lui, je remarquerai que la mauvaise foi est partout. À l’extrême gauche, à gauche, au centre, à droite et à l’extrême droite. La France a beau être un pays magnifique, la population locale semble avoir la même mémoire qu’un poisson rouge frit donné à un chat: Aucune, quant à l’esprit d’initiative, il n’est que partisan.

Répondre à AntiNeoCons Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *